Ledjely.com
Accueil » En 2020, la protection civile guinéenne a fait près de 7 000 interventions à travers le pays
A la une Actualités Guinée Société

En 2020, la protection civile guinéenne a fait près de 7 000 interventions à travers le pays

6 997, c’est le nombre exact des cas d’interventions que le service de la protection civile de la République de Guinée a eu à faire pendant l’année 2020 sur toute l’étendue du territoire nationale. L’information nous a été donnée par le directeur général de la Protection civile, lors d’une interview accordée cette semaine à un journaliste du Djely. Une occasion pour le commissaire Moussa Camara de parler des difficultés auxquelles son service est confronté.

Selon lui, de l’analyse de la situation statistique des interventions de l’année écoulée, il ressort que les causes essentielles des sinistres enregistrés en 2020 sont multiples et difficilement maîtrisables, compte tenu de leurs origines et de l’absence d’une réglementation adéquate. Et la principale cause d’interventions, ce sont les opérations d’extinction d’incendie qui constituent environ 65% des interventions, dont les causes sont les courts-circuits avec plusieurs facteurs aggravants (la substitution des réservoirs de carburant de véhicules par des bidons représente 3% des cas et l’utilisation incontrôlée des foyers incandescents (bougies, lampes, réchauds) dans les maisons d’habitations constitue 7% d’entre eux).

Selon le commissaire Moussa Camara, au plus fort de la crise du Covi-19, la protection civile guinéenne a déployé 237 agents dans toutes les régions administratives du pays ainsi qu’au niveau des postes frontaliers pour participer à la riposte contre la pandémie.

Parlant des 6 997 cas d’interventions, il les a classés principalement dans les catégories des cas d’incendie, des noyades, des secours, des accidents de la circulation et dans d’autres risques de catastrophe non spécifiés.

Sur les statistiques cumulées des appels d’urgences sur la ligne « 18 », au total 697 446 appels ont été émis dont 227 appels urgents, 359 826 appels non répondus, 325 677 appels « inutiles », 11 039 appels d’interférences et 677 appels radios.

 

Le commissaire Moussa Camara, directeur général de la protection civile guinéenne. Crédit photo : Balla Yombouno / Ledjely.com

Dans la commune de Kaloum, il y a eu 226 cas d’intervention dont 74 transports de corps, 45 secours à victimes et 2 sauvetages.

Dans la commune de Matoto, la protection civile a enregistré 269 cas d’interventions. A Ratoma, ce sont 203 cas d’interventions et 69 cas à Kagbelein.

La préfecture de Boké, quant à elle, a enregistré 42 cas d’interventions. A Kindia, ce sont 110 cas, tandis que 16 ont été enregistrés à Mamou, 53 à Labé, 54 à Kankan, 93 à Faranah et 75 à N’Zérékoré et à Siguiri.

Principales difficultés auxquelles la protection civile guinéenne est confrontée

Malgré ses efforts, de nombreux citoyens reprochent à la protection civile guinéenne d’intervenir souvent en retard ou sans eaux sur les lieux des sinistres. « Il y a un problème entre nous et la population, la communication. La population ne nous informe que quand tout le bâtiment est en flammes. Il faut voir la distance du service le plus proche et le lieu du sinistre avec les embouteillages de Conakry (…) Arrivée sur les lieux des sinistres, c’est souvent avec des jets de pierres qu’on nous accueille, nos agents sont régulièrement blessés, les camions sont caillassés. Les camions à notre disposition ont une capacité maximale de 2 000 à 3 000 litres. Les bouches d’incendies sont toutes arrachées. Donc, on n’a pas de source d’approvisionnement en eau (…) On n’a pas de véhicule pour le moment de grande capacité qui nous permet d’arriver sur les lieux d’incendie et faire 30, 40 minutes voire 1 heure d’intervention sans qu’il y ait de problème », a expliqué le commissaire Moussa Camara.

« C’est l’Etat qui prend en charge les interventions »

En Guinée, tous les services effectués par la protection civile sont gratuits, pris en charge par l’Etat. « Il n’y a pas de prestation, c’est l’Etat qui prend tout en charge. Les fonctionnaires sont payés par l’Etat, le carburant est donné par l’Etat. Toutes les interventions sont gratuites », a-t-il rappelé.

Aujourd’hui, l’ambition majeure du commissaire Moussa Camara est de faire couvrir toutes les préfectures de la Guinée par son service.

Balla Yombouno  

Articles Similaires

COVID-19 : le vaccin Covax en terre africaine !

LEDJELY.COM

SIDYA TOURÉ A ALPHA CONDÉ : « La présidence n’est pas un centre d’apprentissage »

LEDJELY.COM

LUTTE CONTRE LE VIRUS EBOLA : la France fait un don à la Guinée

LEDJELY.COM

ME SALIFOU BEAVOGUI : « Tous les opposants [en prison] sont malades »

LEDJELY.COM

Après plusieurs reports, la nuit de la Guinée reprend…

LEDJELY.COM

FARANAH : ce que l’on sait de la manifestation de ce mercredi dans la commune urbaine

LEDJELY.COM
Chargement....