Ledjely.com
Accueil » CONAKRY : la Coalition pour la CPI commémore les événements du 22 janvier
A la une Actualités Guinée Justice Politique Société

CONAKRY : la Coalition pour la CPI commémore les événements du 22 janvier

22 janvier 2007-22 janvier 2021, cela fait 14 ans que des milliers de Guineens descendaient dans la rue à l’appel de la Confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG) et de l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG), dans le cadre des soulèvements de janvier et février 2007.  Malheureusement, la marche avait été soldée par des dizaines de victimes. Mais comme pour d’autres événements douloureux ayant émaillé l’histoire du pays, le dossier patine. D’où le choix des organisations de défense des droits de l’homme de commémorer la journée pour attirer l’attention des décideurs publics sur la nécessité de faire la lumière sur ce qui s’est passé ce 22 janvier 2007 à Conakry. D’autant qu’à en croire la Coalition guinéenne pour la Cour pénale internationale (CGCPI), depuis l’audition d’une partie des 50 plaignants en 2012, personne n’a encore été inculpé. Faisant constater que le dossier n’évoluait pas, la Coalition demande une indemnisation provisoire des victimes. Elle l’a dit ce vendredi au cours d’une déclaration rendue publique à la maison de la presse de Guinée, sis à Kipé dadia.
Lue par Amadou Barry, chargé des affaires juridiques, la déclaration commence par rappeler le contexte du soulèvement du 22 janvier 2007. « Une marée humaine déferla dans les rues de Conakry pour exiger un changement dans la gouvernance politique et économique après 23 ans de dictature, de corruption, de népotisme, d’impunité et de pauvreté. Ce, malgré toutes les richesses dont la Guinée est dotée par la nature. Ce jour, la répression était à son comble et la brutalité inouïe sur de simples citoyens qui n’étaient munis que de pancartes et de banderoles et dont le seul rêve était de vivre décemment dans la sécurité, la paix et le bien-être dans leur pays« , peut-on lire dans la déclaration
A la suite de ces événements horribles, en vertu d’une loi prise à cet effet, une commission d’enquête sera mise en place le 18 mai 2007. Mais les premières auditions n’interviendront que 5 ans après, en 2012.  Mais les choses n’ont pas fondamentalement bougé depuis. « Le 18 mai 2012, une plainte avec constitution de partie civile a été déposée devant le tribunal de première instance de Conakry 2 (Dixinn) par l’Organisation guinéenne es défenses des droits de l’homme et du citoyen (OGDH) et la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) aux côtés de 50 victimes. Après la désignation d’un juge d’instruction en charge d’enquêter sur le dossier, 28 victimes ont été auditionnées« , souligne encore la Coalition guinéenne pour la Cour pénale internationale (CGCPI).
Mettant l’occasion à profit, la Coalition a fait observer que sa bataille consiste à aider à faire la lumière sur toutes les violences qui ont jalonné l’histoire de la Guinée.  De celles du Camp Boiro, en passant par celles du 28 septembre 2009, jusqu’aux manifestations politiques récentes. Car pour la Coalition pour la CPI, « la Guinée doit franchir le cap des cycles de violences qui l’empêchent de tirer profit sur ces ressources afin d’amorcer son développement. (Or), une telle vision passe nécessairement par l’aboutissement d’un processus de réconciliation nationale amorcé depuis avril 2011 et qui peine à aboutir malgré l’adoption d’un projet de loi portant sur la commission vérité-justice-réconciliation« .
Mais en attendant et pour ce qui est précisément des victimes des événements du 22 janvier 2007, la Coalition estime qu’une indemnité provisoire doit leur être accordée. De même, elle plaide pour  la justice soit dotée de moyens financiers conséquents .
A préciser que selon la CGCP, le bilan de la répression da la manifestation du 22 janvier 2007 est de 186 morts, 1188 blessés graves, 940 arrestations et de détentions arbitraires suivies de tortures, de traitements cruels inhumains et dégradants, mais aussi 28 cas de viols et des destructions d’édifices publics et privés.
Hawa Bah

Articles Similaires

Kankan, fief du président Alpha Condé, confronté à une grave pénurie d’eau !

LEDJELY.COM

MAMADOU SYLLA : « On ne peut pas relaxer quelqu’un sans savoir ce qu’il a fait »

LEDJELY.COM

COVID-19 : la Guinée lance sa campagne de vaccination ce vendredi

LEDJELY.COM

Locomotives et wagons du Projet Boffa-Boké arrivent en Guinée

LEDJELY.COM

LUTTE CONTRE LE COVID-19 : la Chine offre 200 000 doses de vaccin à la Guinée

LEDJELY.COM

SADEN 2021 : les membre du comité d’organisation reçus par le Premier ministre

LEDJELY.COM
Chargement....