Ledjely.com
Accueil » MGF/EXCISION : Hawa Béavogui pointe le contraste entre les immenses efforts et les faibles progrès
A la une Actualités Guinée Politique Société

MGF/EXCISION : Hawa Béavogui pointe le contraste entre les immenses efforts et les faibles progrès

Ce samedi 6 février, l’humanité célèbre la journée internationale de Tolérance zéro aux mutilations génitales féminines. Une pratique néfaste à l’intégrité physique et morale de la fille et de la femme par rapport à laquelle personne ne devrait rester indifférent. C’est en tout cas ce que proclame le thème de cette année : « Aucune excuse pour l’inaction mondiale : unissons-nous, finançons et agissons pour mettre fin aux mutilations féminines« . D’autant que la pratique, selon la ministre des Droits et de l’Autonomisation des femmes touche 100 à 140 millions de filles et femmes dans le monde. Or, la tendance n’est pas nécessairement à l’abandon de ces pratiques traditionnelles néfastes, dans la mesure où on estime que 3 millions de filles sont exposées chaque année. La pratique persiste particulièrement en Guinée, classée comme étant le deuxième pays au monde où l’excision est le plus pratiquée, après l’Ethiopie. Une situation des plus paradoxales aux yeux de la ministre  Hawa Béavogui, qui note pourtant tous les efforts qui sont déployés depuis des années pour en finir avec la pratique de l’excision. 

Pourtant, les données disponibles mettent en évidence des progrès particulièrement lents sur le front de la lutte contre les MGF. Ainsi, dans sa déclaration de circonstance, Hawa Béavogui relève tout d’abord qu’au terme de l’Enquête démographique et de santé (EDS-2018), le taux de prévalence de l’excision chez les filles et femmes de 15 à 49 ans était de 94,5 % et de 39 % chez les filles de moins de 14 ans. Six ans plus tôt, les données de la même Enquête démographique et de santé (EDS-2012) indiquaient un taux de prévalence de 96,9 % au niveau de la tranche 15-49 ans. Soit une baisse de 2,4 % en six ans. Franchement, pas de quoi jubiler. « Cette baisse plutôt encourageante, ne reflète guère les immenses efforts consentis par le gouvernement et ses partenaires techniques et financiers dans le processus de lutte contre les mutilations génitales féminines notamment en termes d’existence d’un important arsenal juridique y afférent, de renforcement des capacités et de réponses multisectorielles », relève d’ailleurs Hawa Béavogui.

Assurant que son département prendra toute la place qui lui revient dans les efforts qu’il convient de continuer à déployer pour éradiquer l’excision, Hawa Béavogui annonce le lancement, à partir de ce samedi 6 février, de la quinzaine de la journée internationale de lutte contre les mutilations génitales féminines. Initiée en collaboration avec les partenaires techniques et financiers et les organisations de la société civile, ladite quinzaine offre l’occasion pour l’organisation des « activités de communication pour la mobilisation sociale et le plaidoyer communautaire, de renforcement de capacités d’acteurs en vue d’accélérer le changement de comportement face aux différentes problématiques liées à cette pratique néfaste ». 

Ledjely.com

Articles Similaires

Le procès en appel de Madic 100 frontière renvoyé au 18 mars prochain

LEDJELY.COM

KANKAN : un étudiant décède en plein cours à l’Université Julius Nyerere

LEDJELY.COM

SANOYAH-KM36 : des vendeuses font leur retour sur les lieux où elles ont été récemment déguerpies

LEDJELY.COM

COYAH : un homme se suicide par pendaison, peu après son arrivée de Macenta

LEDJELY.COM

GOUÉCKÉ : des jeunes en colère incendient des installations de traitement Ebola

LEDJELY.COM

EBOLA ET COVID-19 : les leaders religieux de Kankan invités à sensibiliser pour le respect des mesures barrières

LEDJELY.COM
Chargement....