Ledjely.com
Accueil » La sous-préfecture de Baro est « en manque d’enseignants », confie le DSEE
A la une Actualités Education Haute-Guinée Société

La sous-préfecture de Baro est « en manque d’enseignants », confie le DSEE

La question du manque d’enseignants est certainement l’une des réalités les mieux partagées dans les localités de l’intérieur du pays. Dans la sous-préfecture de Baro, à Kouroussa, le délégué scolaire de l’enseignement élémentaire (DSEE) évoque cette difficulté. C’était au cours d’un entretien accordé cette semaine au correspondant Djely en Haute-Guinée.

Avec un effectif de 2 043 élèves (786 à l’élémentaire et 260 dont 73 filles au secondaire), la sous-préfecture de Baro compte 52 enseignants dont 32 contractuels communautaires. Là-bas, il y aurait des localités qui débourseraient des dizaines de millions de francs guinéens par an pour entretenir les contractuels communautaires. Sans cela, leurs enfants n’auraient pas la possibilité d’étudier.

« Il y a un manque d’enseignants chez moi ici. Je n’ai que 52 enseignants et la majorité est gérée par les communautés. Il y a aujourd’hui des communautés qui paient plus de soixante-dix millions de francs guinéens par an pour entretenir ces contractuels. Si vous n’avez pas de ressortissants bien placés, vos enfants restent à la maison », a indiqué Lanceï Diakité, le DSEE de Baro.

Outre ce manque d’enseignants, cinq encadreurs chargés de cours de Baro ne bénéficient pas aussi de primes d’incitations depuis un an. D’où ce cri de cœur de M. Diakité : « Dans ma zone, j’ai des encadreurs qui s’occupent aussi de groupes pédagogiques qui ne bénéficient pas de primes. Je plaide auprès de l’État pour leur cause ».

En dépit de ces difficultés dans la localité, le premier responsable en charge de l’éducation à Baro est ravi de l’engouement qui tourne actuellement autour des écoles. « Grâce à nos partenaires, notamment UNICEF, tous les enfants veulent aujourd’hui partir à l’école. Les statistiques de scolarisation des enfants grimpent chaque année et nous en sommes fiers. Car chaque enfant doit bénéficier de ce précieux droit », a-t-il ajouté.

Aux dires des élèves du secondaire interrogés sur place par Ledjely.com, des cours de Géographie, Histoire et chimie n’ont pas été dispensés depuis le début de l’année académique. La localité manque aussi de professeurs de Mathématiques. C’est le proviseur qui s’occupe à la fois de l’administration mais aussi des cours de Mathématiques de la 7e à la 11e année.

Michel Yaradouno, de retour de Baro pour Ledjely.com

Articles Similaires

ALIOU CONDÉ SUR LA LIBÉRATION DE DÉTENUS POLITIQUES : « Ce n’est pas le travail de la justice »

LEDJELY.COM

CONGRÈS ÉLECTIF DE LA FEGUIFOOT : la commission électorale valide quatre candidatures pour une élection jouée d’avance…

LEDJELY.COM

SIGUIRI : au moins 15 morts dans un éboulement

LEDJELY.COM

SADEN 2021 : début des auditions des porteurs de projets

LEDJELY.COM

Matata Ponyo, l’architecte du « Gouverner autrement », rattrapé par sa gestion passée

LEDJELY.COM

BAFFOE : « Pas question qu’un policier, un gendarme ou un militaire prenne de l’argent avec des citoyens »

LEDJELY.COM
Chargement....