Ledjely.com
Accueil » ARRÊT SUR IMAGE : ces enfants sont dans une école primaire à Kankan !
A la uneActualitésEducationHaute-GuinéeInsolite

ARRÊT SUR IMAGE : ces enfants sont dans une école primaire à Kankan !

Cette photo n’a pas été prise dans un enclos du bétail. Ces enfants sont dans une école primaire à Missiran, un quartier de la commune urbaine de Kankan situé sur la route nationale Kankan-Kouroussa. Chaque jour, ces élèves passent plusieurs heures assis à même le sol pour suivre les cours dépensés par leurs enseignants. C’est ce triste constat qu’a fait ce lundi 8 février 2021 le correspondant du Djely, en Haute-Guinée.

Créée en 1960 – avec un effectif de plus de 1 000 élèves – l’école primaire de Missiran se trouve aujourd’hui dans un état de vétusté très avancé. Ici, il n’y a pas de latrines, les toitures fissurées ça et là, la poussière a envahi toutes les salles de classe, et pire, les élèves sont obligés de s’assoir à même le sol pour apprendre. Faute de tables-bancs. Un tour dans cet établissement scolaire peut donner de la migraine, au vu des conditions de vie et d’apprentissage des élèves.

Interrogé par Ledjely.com, le directeur de l’école primaire de Missiran ne trouve pas suffisamment de mots pour décrire la situation. « C’est déplorable la situation que vivent nos élèves ! Nous avons lancé assez d’appels de soutien, mais sans succès pour l’instant. Une association des jeunes de Missiran réunis au sein de ‘Missiran Bemmako’ ont promis de nous appuyer. Nous attendons vivement les personnes de bonne volonté », a lancé Moussa Condé.

 

L’intérieur d’une des salles de classe de l’école primaire de Missiran. Crédit photo : Michel Yaradouno / Ledjely.com

 

Dans la salle de 4e année, la réalité est pire. En plus du manque de tables-bancs, la salle est surpeuplée. Là, les élèves retardataires, les derniers à arriver, s’arrêtent dehors. « La capacité d’accueil de la salle est de 50 élèves, mais, l’effectif est actuellement de 78 élèves. Les enfants sont assis quatre par bancs et les derniers arrivants restent dehors. Car, il n’y a pas suffisamment de places ».

Des initiatives pour venir en aide aux enseignants

Basabaty Sidibé, membre de l’association Missiran Bemmako, annonce que sa structure compte accompagner l’école pour tenter de changer son image actuelle. « C’est après assez de réflexions que l’on a décidé d’appuyer la revalorisation de cette école. Aujourd’hui, on a appelé beaucoup d’anciens élèves de cette école. Car, c’est urgent ».

Après un tour dans cette école, les questions que l’on pourrait naturellement se poser est de savoir si les autorités de l’éducation de Kankan savent la réalité de cet établissement scolaire. Et les parents d’élèves partent-ils voir les conditions dans lesquelles leurs enfants étudient ? Peut-on voir ces conditions sans réagir ?

Michel Yaradouno, Kankan pour Ledjely.com

Articles Similaires

Sergueï Lavrov en visite à Bamako pour consolider le lien « crucial » avec le Mali

LEDJELY.COM

AN 1 DU CNT : le président de l’Assemblée législative du Burkina Faso répond à l’invitation de la Guinée

LEDJELY.COM

Justice : hommage à l’ancien ministre Me Bassirou Barry

LEDJELY.COM

Matoto : Mamadouba Tos et Morissanda Kouyaté participent à la journée de l’assainissement

LEDJELY.COM

Kindia : le colonel Doumbouya s’invite à l’assainissement de la ville

LEDJELY.COM

Culture : vers la construction d’une école de danse en Guinée

LEDJELY.COM
Chargement....