Ledjely.com
Accueil » MAISON DE LA PRESSE : les journalistes outillés sur la recherche de fakenews
A la une Actualités Guinée Médias Société

MAISON DE LA PRESSE : les journalistes outillés sur la recherche de fakenews

Le Conseil d’administration de la Maison de la presse de Guinée, en partenariat avec le Système des Nations-Unies en Guinée, a organisé ce jeudi 11 février 2021, dans ses locaux situés à Kipé-Dadia dans la commune de Ratoma, un atelier de formation à l’endroit des journalistes guinéens sur la recherche de fakenews. Cette formation a été dispensée par le data-journaliste et blogueur Mamadou Alpha Diallo, par ailleurs président de l’ABLOGUI.

En procédant au lancement de cet atelier, le président du Conseil d’administration de la Maison de la presse de Guinée a indiqué que cette formation s’inscrit dans le cadre du projet d’appui aux médias guinéens, signé en octobre dernier avec le système des Nations-Unies en Guinée.

Selon Amadou Tham Camara, quatre activités sont au programme dans ce partenariat entre la faitière des journalistes guinéens et le Système des Nations-Unies en Guinée qui s’étendra sur un mois. « Au mois d’octobre, la Maison de la presse a conclu un accord avec le Système des Nations-Unies pour appuyer une série de [ses] activités. Ces activités sont financées par le système des Nations-Unies à hauteur de 39 000 dollars américains. Parmi ces activités, on a quatre programmes de formations dont le premier commence aujourd’hui. Ensuite, il y a une étude à réaliser par des experts choisis par la Maison de la presse sur le thème ‘La recherche des messages incitatifs à la violence et à la haine en période électorale’. En plus de cela, nous avons comme activité, la rédaction d’un certain nombre de messages et articles, devant être publiés par des organes [de presse] choisis par le Système des Nations-Unies. Aujourd’hui, c’est la recherche des fakenews sur Internet. A partir de la semaine prochaine, il y aura un deuxième thème sur la cybercriminalité, il sera validé par le Système des Nations-Unies ; suivra une autre formation sur les dispositions pénales de la loi sur la liberté de la presse, en compagnie des magistrats et procureurs de Conakry », a expliqué M. Camara.

Représentant le Système des Nations-Unies en Guinée à cet atelier, l’officière des droits de l’homme au sein de la mission onusienne, Lison Guignard, a indiqué que son institution se félicite de cette initiative, « surtout en cette pandémie du COVID-19 ». « Pour le SNU, il est important que les citoyens aient accès à des informations fiables et vérifiées ». Car, a-t-elle rappelé, « l’accès à l’information est une nécessité, un droit fondamental pour tous les citoyens ; y compris ceux qui sont en milieu rural ».

Le formateur a entamé son intervention par l’historique de la manipulation de l’information – qui est « aussi vieille que le monde » en général – et les fakenews – relativement récentes – en particulier. Entrant dans le vif du sujet, Mamadou Alpha Diallo a noté que les réseaux sociaux ont fait que les journalistes n’ont plus le monopole dans la diffusion de l’information. « Ce qui fait que les vraies informations, tout comme les fakenews, peuvent être diffusées par les citoyens » lambdas, a-t-il expliqué.

Selon le président de l’Association des Blogueurs de Guinée (ABLOGUI), une fausse information circule sur Internet plus vite qu’une vraie information ; d’où la nécessité pour les médias de lutter contre le phénomène. Mamadou Alpha Diallo a fait remarquer que les géants des réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, YouTube… ont fermé les yeux longtemps, voire ont été laxistes envers ceux qui propagent les fausses informations. « Mais le scandale Cambridge Analytica a montré les dangers de la manipulation des réseaux sociaux et de la diffusion des fakenews », a-t-il rappelé, avant de se féliciter que des dispositions soient désormais prises par ces plateformes pour lutter contre la propagation des fausses informations en ligne.

Dans son exposé, le data-journaliste et blogueur a mis l’accent sur les notions théoriques à adopter face à une information qui paraît fausse : vérification et signalement, mais « ne jamais la relayer, même pour dire que c’est une fausse, parce que le faire contribuerait à sa propagation ». Ils a aussi partagé des outils pour faire des vérifications en ligne comme la recherche inversée d’une image.

La crise de la pandémie du nouveau coronavirus a aussi permis de montrer le danger que représentent les fakenews, tant pour les populations que pour les pouvoirs publics et les institutions nationales et internationales. Conscient de cette réalité, Mamadou Alpha Diallo a invité les organes de presse à déployer le fact-checking au sein de leurs rédactions respectives pour contrecarrer le phénomène qui est en pleine expansion, favorisée par l’accès facile aux nouveaux outils de communication que sont les smartphones et les réseaux sociaux.

Thierno Diallo (@cireass)

Articles Similaires

Kankan, fief du président Alpha Condé, confronté à une grave pénurie d’eau !

LEDJELY.COM

MAMADOU SYLLA : « On ne peut pas relaxer quelqu’un sans savoir ce qu’il a fait »

LEDJELY.COM

COVID-19 : la Guinée lance sa campagne de vaccination ce vendredi

LEDJELY.COM

Locomotives et wagons du Projet Boffa-Boké arrivent en Guinée

LEDJELY.COM

LUTTE CONTRE LE COVID-19 : la Chine offre 200 000 doses de vaccin à la Guinée

LEDJELY.COM

SADEN 2021 : les membre du comité d’organisation reçus par le Premier ministre

LEDJELY.COM
Chargement....