Ledjely.com
Accueil » L’imam controversé Nanfo Diaby réagit à la prétendue demande de son expulsion du Mali
A la uneActualitésHaute-GuinéeReligion

L’imam controversé Nanfo Diaby réagit à la prétendue demande de son expulsion du Mali

Depuis hier, jeudi 11 février, des rumeurs faisant état d’une demande du Haut conseil malien à son gouvernement d’expulser l’imam controversé Nanfo Ismaël Diaby du territoire, circulent sur la toile. La décision du chroniqueur à faire ses prières en langue maninka est la cause évoquée. Mais à travers un communiqué publié sur sa page Facebook aujourd’hui, il a démenti ces allégations, tout en tentant de justifier sa position. Selon lui, il n’a séjourné au Mali que du 2 au 5 février 2021. Donc, à l’en croire, il a quitté le pays volontairement pour rentrer en Guinée.

« Ousmane Madani Chérif Haïdara fut le premier prédicateur à dire haut et fort, il y a une vingtaine d’années, que dans les textes islamiques rien n’interdit la prière musulmane dans une autre langue que l’arabe. Position qu’il a assumée et réitérée lors de ma récente visite à Bamako. Une semaine après mon retour à Kankan, j’ai appris par voie de presse et à travers les réseaux sociaux, à travers une prétendue déclaration, que je suis menacé d’expulsion en terre africaine du Mali par le Haut conseil islamique du Mali à l’insu de son président Ousmane Madane Haïdara. Toute déclaration de ce haut conseil sans son président ne me fait ni chaud ni froid. Je remercie l’équipe de communication de Ançardines (dont ce dernier est membre) d’avoir démenti que le guide ait fait volte-face et s’est dédié comme annoncé dans la prétendue déclaration sous influence de sectes dont la promotion de l’islam n’est pas leur objectif, mais l’arabisation de notre société. En tant que citoyen de la CEDEAO et imam panafricain, je me sens chez moi à Bamako sur la terre africaine du Mandén et aucune mesure illégale ne peut être prise par les autorités maliennes contre un Mandenka comme moi sous injonction de membres de sectes soumises aux caprices de leurs maîtres étrangers sur le dos desquels ils vivent de mendicité. Je rassure mes frères et sœurs musulmans africains que j’ai été bien traité au Mali et que je suis chez moi à Kankan depuis le samedi 6 février dernier au petit matin ; preuve que la déclaration est basée sur des éléments factuels faux. Loin s’en faut, je serai toujours chez moi dans n’importe quel pays de l’Afrique de l’Ouest à plus forte raison sur la terre Farafin du Mali », a-t-il écrit sur sa page.

Par la même occasion, il a annoncé un point de presse sur cette affaire, à son domicile privé, au quartier Bordo dans la commune urbaine de Kankan.

Hawa Bah

Articles Similaires

APPEL D’OFFRES : la SONAP recherche des fournisseurs pour l’acquisition de 4 véhicules

LEDJELY.COM

JUSTICE : le TPI de Mafanco dresse le bilan 2022

LEDJELY.COM

STADE DE NONGO : l’Etat n’exclut pas la résiliation de la convention avec Antonio Souaré

LEDJELY.COM

Hadj 2023 : 10 000 places accordées à la Guinée

LEDJELY.COM

KOUROUSSA : un accident fait deux morts dans le district de Frakoun

LEDJELY.COM

TELECOMS : Ousmane Gaoual préside la c𝗼𝗻𝗳𝗲́𝗿𝗲𝗻𝗰𝗲 𝗱𝗲𝘀 p𝗼𝘀𝘁𝗲𝘀 𝗱𝗲𝘀 𝗘́𝘁𝗮𝘁𝘀 𝗱𝗲 𝗹’𝗔𝗳𝗿𝗶𝗾𝘂𝗲 𝗱𝗲 𝗹’o𝘂𝗲𝘀𝘁

LEDJELY.COM
Chargement....