Ledjely.com
Accueil » MAISON CENTRALE : l’état de santé des détenus politiques inquiète l’UFDG
A la une Actualités Politique

MAISON CENTRALE : l’état de santé des détenus politiques inquiète l’UFDG

L’état de santé de plusieurs detenus politiques à la Maison centrale de Conakry se complique, d’après de nombreuses sources. Selon des informations obtenues par Ledjely.com auprès de membres de de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), l’état de santé de Chérif Bah, Ousmane Gaoual Diallo, tous du parti dirigé par Cellou Dalein Diallo, et Etienne Soropogui du mouvement Nos Valeurs commune se dégrade chaque jour.

En prison depuis des mois pour s’être opposés au projet de troisième mandat pour d’autres, et d’avoir contesté la victoire du chef de l’Etat Alpha Condé à la présidentielle du 18 octobre dernier pour certains, ces opposants traverssent sans doute, l’un des pires moment de leurs vies.

Interrogé par Ledjely.com, Joachim Baba Milimouno, du département de la communication de l’UFDG, sans préciser la nature de quoi souffrent-ils, explique : « Ces des gens qui avaient l’habitude de faire du sport, il leur est désormais interdit de faire toute activité sportive. Pour Ousmane Gaoual, on a appris qu’il ne sentait pas bien son côté gauche, du bras jusqu’au niveau du pied. Il l’ont fait faire des examens mais jusque-là rien ne va pour le moment. Ils durcissent les conditions de détention du jour au lendemain ». 

Selon une autre source proche du parti d’opposition, c’est la même inquiétude. Les conditions de détention sont très excecrables, explique notre interlocuteur avant de dire : « Ils souffrent tous en prison. Imaginez-vous, ils sont detenus dans des endroits très sales avec beaucoup de cafards, des punaises, leurs conditions de détentions est excecrables, c’est vraiment dommage pour eux. Ils vivent dans des conditions très difficiles, je peux vous l’assurer », dénonce notre source. 

Cette semaine, le collectif des avocats qui a la charge d’assurer la défense des opposants en prison avait décidé, de commun accord avec les détenus en questions, de suspendre leur participation aux différentes démarches les concernant. 

Ibrahima Kindi Barry 

Articles Similaires

SENEGAL : le viol, la crise et le 8 mars

LEDJELY.COM

GUINÉE ÉQUATORIALE : au moins 15 morts et cinq cents blessés dans quatre explosions

LEDJELY.COM

SANOYAH : la police accusée d’avoir incendié un marché récemment créé par des femmes

LEDJELY.COM

SÉNÉGAL. La vague d’arrestations arbitraires d’opposants et d’activistes porte gravement atteinte aux droits humains (Amnesty International)

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ : « la communication en contexte de crise sanitaire », au menu d’un atelier de formation pour les journalistes de la Guinée forestière

LEDJELY.COM

ENTREPRENEURIAT URBAIN : Enabel vient en appui à l’incubateur Jatropha

LEDJELY.COM
Chargement....