Ledjely.com
Accueil » EBOLA : le syndicat des transporteurs de N’Zérékoré entend jouer sa partition
Actualités Guinée Guinée Forestière Santé

EBOLA : le syndicat des transporteurs de N’Zérékoré entend jouer sa partition

A N’zérékoré, épicentre de la résurgence de l’épidémie d’Ebola que les autorités ont confirmée le week-end dernier, on prend très au sérieux le retour de cette maladie. Aussi, chacun voudrait jouer la partition qui lui revient pour essayer d’empêcher que le pays ne revive les périodes sombres d’il y a cinq ans. Maillon important de la chaine de propagation, les transporteurs routiers de la région veulent faire dans l’anticipation. En tout cas, à l’issue d’une réunion convoquée dans l’après-midi de ce lundi 15 février 2021, le syndicat du secteur promet de s’impliquer via la sensibilisation mais aussi par mise en place des kits de protection.

Tous les responsables de l’Union des transporteurs du syndicat indépendant des chauffeurs et de la mécanique générale de N’Zérékoré prennent conscience du rôle les déplacements des personnes, dans une éventuelle expansion de la maladie. Et c’est pourquoi, « on a demandé à tous nos responsables des gares d’installer des kits de lavage de mains. Nous les avons instruits d’ouvrir des registres pour tous les passagers qui seront à bord de leurs véhicules. Là, leurs noms et filiations seront connus, les contacts, leurs destinations. Comme ça, en cas de problème, on pourra vite repérer la personne », a rend compte Gata Doré, secrétaire régional de ce syndicat, à propos des mesures envisagées à l’issue de la rencontre de ce lundi.

Ceci étant, en dépit de la toute la bonne volonté du syndicat, il se trouve démuni sur certains aspects. C’est le cas au sujet des thermoflash pour une prise systématique de la température des passagers. « Mais on n’en a pas. Il faut que l’État nous vienne en aide. Pour ce qui est du chlore ou d’autres solutions de lavage des mains, on peut en trouver avec nos maigres moyens », explique encore Gata Doré. Qui pense en effet qu’après tout que dans « cette affaire d’Ebola, chacun doit jouer sa partition ».

A préciser qu’au sein de la population, c’est la psychose totale. Pour certains citoyens, cela vire même à la panique. « Quand nous avons appris cette triste nouvelle, vraiment on a eu la peur au ventre. On a vu en 2013 comment cette salle maladie a tué dans cette région et causé un retard sur tous les plans. Tout le monde est inquiet », s’est ainsi alarmé Théodore Lamah. Interpellant, il réclame des mesures idoines afin que la maladie soit circonscrite. « J’ai quitté Gueckedou en 2013, à cause de ce virus qui a fait des milliers de morts et, si aujourd’hui elle réapparaît, on ne sait plus que faire. On va s’en remettre à Dieu », lâche pour sa part, Joseph Sâa Leno, un brin fataliste.

Niouma Lazare Kamano, N’Zérékoré pour Ledjely.com

Articles Similaires

800 femmes et jeunes filles des 5 communes de Conakry en formation aux dialogues communautaires

LEDJELY.COM

GUINEE : des pistes de réflexion pour crédibiliser et pacifier le processus électoral

LEDJELY.COM

Le siège du PUP fait peau neuve : Fodé Bangoura, l’artisan du renouveau d’un parti qu’on annonçait mort

LEDJELY.COM

GUINÉE : après la sortie de Michelle Bachelet, le FNDC appelle l’ONU « à joindre des actes forts aux déclarations de principes »

LEDJELY.COM

Le cri de cœur des citoyens de Kondiaran après l’arrêt des travaux de la route Kankan-Mandiana

LEDJELY.COM

L’Espagne appuie la Guinée dans sa lutte contre le virus Ebola

LEDJELY.COM
Chargement....