Ledjely.com

Accueil » CONAKRY : à quoi faut-il s’attendre après la vaste opération de déguerpissement des « encombrants physiques »
A la une Actualités Société

CONAKRY : à quoi faut-il s’attendre après la vaste opération de déguerpissement des « encombrants physiques »

Le 30 janvier 2021, le gouvernement guinéen – à travers le ministère de la Ville et de l’Aménagement du territoire en collaboration avec le gouvernorat de la ville de Conakry – a lancé une vaste campagne de déguerpissement des « encombrants physiques » le long des routes de Conakry, afin de débarrasser la ville de son « vilain » visage. Sont concernées par cette grande opération de « nettoyage », les cinq communes de la capitale guinéenne ainsi que les quartiers périphériques et centre urbains dans les préfectures de Dubréka et Coyah. Depuis le début du déguerpissement, plusieurs kiosques, conteneurs, restaurants, terrasses et boutiques… situés dans le périmètre réservé « à la voie publique » ont été démolis par les bulldozers du ministère dirigé par Ibrahima Kourouma.

Alors que d’autres campagnes de déguerpissement avaient été lancées par le passé dans la ville de Conakry, sans succès, de nombreux citoyens (surtout ceux dont « les places » ont été démolies) s’inquiètent qu’en lieu et place d’aménagements modernes, les espaces libérés restent « laissés pour compte ». D’autant que le visage de la ville, avec les tas de blocs, de tôles et des autres matériaux issus des anciens murs jonçant ça et là les abords des rues, est loin d’être reluisant. Et en analysant la première sortie du gouvernement pour expliquer le bien-fondé de la campagne de déguerpissement, il y a lieu de modérer son optimisme.

En effet, au cours d’une conférence de presse conjointe, animée par quatre ministres dont Ibrahima Kourouma, et le gouverneur de la ville de Conakry, le général Mathurin Bangoura, ce lundi 22 février, le porte-parole du gouvernement et le patron de la Ville et de l’Aménagement du territoire ont laissé paraitre une vision légèrement différente sur la prochaine étape de l’opération.

Si Aboubacar Sylla promet que l’action en cours sera différente de celles similaires qui avaient été initiées par le passé, puisque « tous les espaces dégagés vont être effectivement aménagés pour que leur réoccupation ne soit plus possible », son collègue Ibrahima Kourouma se montre prudent, même s’il affiche la fermeté sur une éventuelle réoccupation des voies publiques. « Le gouvernement fera le maximum pour que toutes ces voies libérées soient entretenues », annonce-t-il. Mais aménagements immédiats ou pas des espaces libérés, il souligne que le gouvernement prie « tous les Guinéens qui ont été dégagés sur le trottoir, au niveau des emprises, que chacun se limite à sa concession. Que personne ne revienne » sur la voie publique, mettant en garde ceux qui seraient tentés d’y revenir : « Si vous revenez, on va casser (…) Non seulement nous cassons sans frais, mais vous serez pénalisés ».

Au vu de cette sortie, devant les médias, du ministre de la Ville et de l’Aménagement du territoire, Ibrahima Kourouma, les interrogations de ceux qui craignent que cette opération de déguerpissement ne se soit qu’un « feu de paille » – sans pour autant permettre à la capitale guinéenne de retrouver son image d’antan de « la perle de l’Afrique » – sont tout à fait légitimes.

L’Etat guinéen réussira-t-il son pari de moderniser la ville de Conakry ? L’avenir nous le dira…

Ledjely.com

Articles Similaires

Consultations: Massoud Barry revient sur ses échanges avec le colonel Doumbouya  

Ledjely.com

POLITIQUE : Aliou Bah du MODEL, dans le gouvernement de transition ?

Ledjely.com

FAUSSE COUCHE : cette douleur atroce que les victimes endurent en silence

LEDJELY.COM

TRANSITION : Alassane Ouattara et Nana Akufo Addo débarquent à Conakry

LEDJELY.COM

Kankan : Le corps sans vie d’un enfant retrouvé dans la commune urbaine

Ledjely.com

TRANSITION : depuis les USA, Alpha Sila Bah (PGRP) réagit et fait des recommandations au CNRD

LEDJELY.COM
Chargement....