Ledjely.com
Accueil » NIGER : Issoufou, le vrai vainqueur
A la une Actualités Afrique Politique

NIGER : Issoufou, le vrai vainqueur

Au Niger, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a rendu publics les résultats provisoires du second tour de l’élection présidentielle du dimanche 21 février dernier. Sans surprise, c’est l’ancien ministre de l’Intérieur et successeur désigné de Mahamadou Issoufou qui est déclaré vainqueur avec un score de 55,75 %. Le candidat de l’opposition et ancien président, Mahamane Ousmane, lui, est crédité de 44,25 % des suffrages. Une performance plutôt honorable vu qu’au premier tour, il avait à peine récolté 17 % des voix. A défaut de créer la surprise, il réalise une formidable remontée. Mais s’il y en a qui doit particulièrement se réjouir de ces résultats – qui devront certes être confirmés ou non par la Cour constitutionnelle – c’est bien le président sortant, Mahamadou Issoufou. Il doit même légitimement s’en féliciter à un double titre. D’abord, par son choix singulier de ne pas briguer le mandat de trop, il offre à son pays le premier passage de témoin entre un président démocratiquement élu et son successeur. Ensuite, c’est le dauphin qu’il s’est choisi qui l’emporte à l’arrivée. Ceci étant, avec le score qu’a réalisé Mahamane Ousmane, le nouveau président ne pourra ignorer ni l’existence de l’opposition, ni le poids de celle-ci.

L’opposition fait-elle dans la mauvaise foi

Certes, il faudra reconnaître à l’opposition nigérienne son droit de contester les résultats si elle reste convaincue que le scrutin, à un niveau ou à un autre, a été entaché de fraude ou d’irrégularités susceptibles d’affecter l’issue finale. Pour autant, il convient de relever qu’en raison des scores que les deux finalistes avaient respectivement récoltés au terme du premier tour, Mohamed Bazoum était clairement identifié comme étant le favori. S’y ajoute que finalement, Mahamane Ousmane obtient un score dont il devrait normalement se féliciter. En effet, entre son résultat du premier tour et celui du second, il a fait un progrès de 27 points, soit 10 de plus que Mohamed Bazoum. On précisera de passage que ce dernier s’était fixé comme objectif de départ le coup KO, très en vogue dans la région ouest-africaine. Bref, pour convaincre les observateurs du fait que les élections ont été truquées, il faudra à l’opposition nigérienne user d’arguments particulièrement solides. Autrement, par certains de ses aspects, cette élection nigérienne fait office d’exception dans la sous-région. Et c’est tout à l’honneur du peuple nigérien dans son ensemble et en particulier à son président sortant, Mahamadou Issoufou.

Triomphe modeste

Son successeur, quant à lui, devra néanmoins avoir le triomphe modeste. Bien sûr, il a remporté la victoire, et ce n’est pas rien. Mais il devra avoir à l’esprit qu’un peu plus des 4/10 des électeurs nigériens se sont prononcés pour son challenger. Ce n’est pas comme s’il l’avait emporté avec 75 % des suffrages. Pour faire face au défi de l’insécurité et du terrorisme en particulier, le pays a besoin d’être uni, au-delà des obédiences politiques. Ce qui pourrait nécessiter que le prochain président puisse avoir une oreille relativement attentive par rapport aux propositions, recommandations et mêmes récriminations de l’opposition. Le temps des joutes politiques étant terminées, Mohamed Bazoum et Mahamane Ousmane devraient trouver le moyen d’unir leurs intelligences pour aider le Niger à s’attaquer de manière efficace à ses nombreux problèmes. Ce qui ne suppose pas que le statut de l’un soit nié par l’autre. L’un va être président, l’autre devra demeurer opposant. Il en va de la vitalité démocratique du Niger. Mais cette dualité ne devra pas être au détriment du pays. Au contraire, elle devra se muer en une force devant aider à propulser le Niger et ses habitants vers le développement et la prospérité. Et la seule façon d’arriver à un résultat aussi bénéfique est de sortir, de part et d’autre, de certaines mesquineries politiciennes.

Boubacar Sanso BARRY     

Articles Similaires

LIBERTÉ DE LA PRESSE : la Guinée 109e sur 180 pays évalués

LEDJELY.COM

KINDIA : des jeunes, en colère après la mort d’un conducteur de taximoto, barricadent la route

LEDJELY.COM

Sidya Touré dénonce la banalisation de la violence en Guinée

LEDJELY.COM

Mort de Mohamed Latige Camara, du Hafia FC

LEDJELY.COM

ALIOU BARRY : « On a inoculé la violence dans les veines des forces de défense et de sécurité »

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ : remise de deux ambulances pour l’hôpital régional et le centre de santé amélioré de Gouécké

LEDJELY.COM
Chargement....