Ledjely.com
Accueil » Contre le terrorisme en Afrique, un prédicateur milite pour l’éducation des enfants
A la une Actualités Afrique Education Guinée Guinée Forestière

Contre le terrorisme en Afrique, un prédicateur milite pour l’éducation des enfants

En tournée dans certains pays africains dont la Guinée, le président-fondateur de l’ONG ESPOIR ET VIE a conféré, ce jeudi 25 février 2021, avec les professionnels de médias de N’Zérékoré. Il était question d’échanger sur la problématique de « l’éducation et la protection des enfants ».

D’entrée de jeu, Joël Krasso a martelé que pour sortir l’Afrique de l’ornière, il faut impérativement l’éducation. « Si l’Afrique veut évoluer, elle doit impérativement passer par l’éducation. L’Afrique est un scandale géologique, le continent le plus riche, le plus convoité. C’est la preuve que tous les autres continents nous convoitent. Si nous voulons qu’on nous respecte, il faut qu’on envoie nos enfants à l’école. Tous les pays qui sont devenus aujourd’hui des grandes puissances, ils ont misé sur une seule chose : ce n’est pas la religion, mais plutôt l’éducation », a-t-il assuré.

Poursuivant sa communication, ce prédicateur d’origine ivoirienne a lancé un message fort à l’endroit des chefs d’Etats africains. « Le phénomène des enfants qui n’arrivent pas à aller à l’école et vous les retrouver dans la rue, cela est un gros souci. S’ils sont dans la rue, la rue les récupère, ils se retourneront contre nous. Ce sont eux qui seront des djihadistes, ils seront grands bandits de chemin. Ils vont grandir sous nos yeux et on va faire semblant de ne pas les voir. Ces enfants comme ça sont la proie des jihadistes. Parce que, quand on leur propose de l’argent, ils vont forcément adhérer au projet. Ils seront sources de kamikaze et autres parce tout simplement ils ne sont pas éduqués, ils ne sont pas instruits. Le seul problème de l’Afrique, on ne pense pas à la relève. Si nous voulons que notre continent se développe et tourne dos aux phénomènes du terrorisme, nos présidents doivent faire de l’éducation des enfants une priorité », a conseillé avec instance Joël Krasso.

Parlant du cas spécifique de la Guinée, ce militant de l’éducation et de la protection des enfants déplore le fait qu’il y a plus d’écoles privées dans les grandes agglomérations que d’écoles publiques. « Mon constat en Guinée, c’est qu’il y a plus d’écoles privées que publiques. Avec le faible revenu du Guinéen, ce n’est pas tout le monde qui peut payer les frais de scolarité. Donc, s’il n’y a pas suffisamment d’écoles publiques, il y aura forcément les enfants dans la rue. Et à chaque occasion de manifestation, on va enregistrer des pertes matérielles. Tout simplement parce que l’éducation a manqué », a-t-il averti.

Niouma Lazare Kamano, N’Zérékoré pour Ledjely.com

Articles Similaires

LIBERTÉ DE LA PRESSE : la Guinée 109e sur 180 pays évalués

LEDJELY.COM

KINDIA : des jeunes, en colère après la mort d’un conducteur de taximoto, barricadent la route

LEDJELY.COM

Sidya Touré dénonce la banalisation de la violence en Guinée

LEDJELY.COM

Mort de Mohamed Latige Camara, du Hafia FC

LEDJELY.COM

ALIOU BARRY : « On a inoculé la violence dans les veines des forces de défense et de sécurité »

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ : remise de deux ambulances pour l’hôpital régional et le centre de santé amélioré de Gouécké

LEDJELY.COM
Chargement....