Ledjely.com
Accueil » SANOYAH-KM36 : des femmes chassées du marché par la garde communale, une dispute éclate avec un policier !
A la une Actualités Basse-Guinée Faits-divers Société

SANOYAH-KM36 : des femmes chassées du marché par la garde communale, une dispute éclate avec un policier !

Après le passage des bulldozers qui ont démoli tous les magasins et marchés situés sur la voie publique, le moment est venu pour la garde communale d’empêcher les occupants de revenir sur les lieux déguerpis. Bien que cette décision soit impopulaire, les agents de la garde communale ont chassé ce dimanche plusieurs femmes qui souhaitaient réoccuper les abords de la route au niveau du marché de Sanoyah-KM36.

Depuis le déguerpissement de cette emprise publique, les femmes vendeuses sont interdites de revenir à leurs anciennes places. Mais certaines d’entre elles font la sourde oreille.

Ce dimanche 28 février 2021, il était 10h40 quand deux gardes communales de Maneah accompagnés d’un agent de la police arrivent sur les lieux. Aussitôt, ils se sont mis à ramasser les marchandises des vendeuses, composées essentiellement de feuilles de manioc et de patate. Surprises, ces femmes s’agrippent à leurs marchandises emballées dans des pagnes qui étaient étaler au sol.

Interrogée, ces femmes ont confié qu’elles ne savent plus où aller pour vendre leurs marchandises afin de subvenir à leurs besoins. « Tous les jours, ces agents de la garde communale de Maneah nous empêchent de vendre nos marchandises. Or, c’est en vendant ces feuilles et légumes que je nourris ma famille », a expliqué l’une des femmes déguerpies.

Quant aux agents, ils restent catégoriques sur les instructions reçues : « Ils nous ont dit de ne pas accepter qu’elles s’assoient ici. Si on y trouve une femme assise, on confisque sa marchandise », a insisté un agent de la garde communale lors d’un échange avec un citoyen qui voulait plaider pour la cause des femmes dont la marchandise était saisie.

Echange houleux entre agents de la garde et un policier en civil

Au moment où ils parchassaient ces femmes, l’un des agents de la garde communale a accusé un jeune de les filmer avec son téléphone portable. Celui-ci était accompagné d’un jeune policier en civil qui s’est représenté à eux pour s’excuser au nom du vidéaste amateur. C’est ainsi qu’un échange houleux a éclaté entre les deux camps.

Le policier qui serait un brigadier-chef lance : « Je me suis présenté à vous. Alors, pourquoi vous refuser de me comprendre ? C’est quoi  ça ? Vous n’êtes même pas reconnus par l’Etat, vous êtes là à faire du n’importe quoi ! » Et de menacer : « Si vous continuez, je vous montrerai de quoi je suis capable ».

L’un des agents de la garde communales retorque avec un ton de défiance : « Tu ne peux rien nous faire. En tout cas, nous avons reçu les instructions de les empêcher de s’asseoir sur la voie publique. Ce n’est pas toi qui va nous empêcher de faire notre travail ».

Au moment où nous quittons les lieux, les agents de la garde communale continuaient à veiller à ce qu’aucune femme ne revienne sur les lieux déguerpis.

Balla Yombouno

Articles Similaires

LIBERTÉ DE LA PRESSE : la Guinée 109e sur 180 pays évalués

LEDJELY.COM

KINDIA : des jeunes, en colère après la mort d’un conducteur de taximoto, barricadent la route

LEDJELY.COM

Sidya Touré dénonce la banalisation de la violence en Guinée

LEDJELY.COM

Mort de Mohamed Latige Camara, du Hafia FC

LEDJELY.COM

ALIOU BARRY : « On a inoculé la violence dans les veines des forces de défense et de sécurité »

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ : remise de deux ambulances pour l’hôpital régional et le centre de santé amélioré de Gouécké

LEDJELY.COM
Chargement....