Ledjely.com
Accueil » SENEGAL : Macky recule face à la rue dakaroise
A la une Actualités Afrique Politique

SENEGAL : Macky recule face à la rue dakaroise

Il avait refusé d’écouter la raison et le bon sens. Mais le président sénégalais a fini par entendre la colère de ses compatriotes. Il s’était cru tout-puissant et fin manipulateur. Mais Macky Sall réalise à ses dépens que la ruse et l’arrogance ne sont pas toujours de bons alliés. Ainsi, il a fallu les manifestations de ces derniers jours, malheureusement avec morts d’hommes et grabuges regrettables, pour que le président sénégalais, prenant subitement conscience de sa vulnérabilité face à ses compatriotes unis et remontés, finisse par lâcher du lest ce lundi. Tout d’abord, dans la nuit du dimanche au lundi, l’opposant Ousmane Sonko avait vu sa garde-à-vue levée. Ensuite, ce lundi, comme dans un scénario écrit d’avance, après un détour par le tribunal où il a été inculpé dans l’affaire du viol présumé, le leader du Pastef a pu rejoindre son domicile, car ayant bénéficié d’une libération assortie d’un contrôle judiciaire. Une issue dont le pouvoir sénégalais espère qu’elle lui permettra de sortir de l’impasse sans totalement perdre la face. Mais à coup sûr, il faudra davantage pour calmer la furie de la jeunesse sénégalaise qui s’est exprimée dans la rue ces derniers jours. Parce que finalement, l’affaire Sonko n’aura été que la goutte d’eau qui a fait déborder un vase qui demeurait rempli de frustrations et de malaise trop longtemps accumulés.

L’avertissement

L’avertissement, c’est le message que le président sénégalais devrait tirer des violences dont Dakar et d’autres grandes villes du pays ont été le théâtre en milieu de semaine dernière. Ousmane Sonko n’a été que le prétexte à l’expression du trop-plein d’une colère longtemps contenue. Ceci est d’autant plus évident que le leader du Pastef n’a pas encore le statut qui lui permettrait de drainer tous les Sénégalais dans la rue. Cependant, tous ont vu dans le guet-apens dont il a été l’objet l’occasion de cracher la vérité à Macky Sall et à sa bande. Les Sénégalais trouvant finalement que leur silence était assimilé par leurs dirigeants à une forme de naïveté Et pour démontrer qu’il a compris le message d’avertissement, les gestes jusqu’ici posés par le pouvoir ne sauraient suffire. La libération de l’opposition est certes un bon début. Mais au-delà, il faut déjà faire la lumière sur les derniers événements afin notamment de retrouver les auteurs des morts qui en ont résulté. Ces vies perdues, du fait de comportements très peu exemplaires des autorités, doivent être honorées par une enquête impartiale et des sanctions de leurs auteurs à la hauteur de la douleur des parents et du peuple dans son ensemble. Cela inclut bien sûr des responsables ministériels et des services de sécurité dont les propos va-t-en-guerre et l’excès de zèle auront jeté de l’huile sur le feu.

Un nouveau pacte

Mais plus loin encore, les douloureux événements que le Sénégal a vécus ces derniers jours doivent interpeller le président Macky Sall et l’ensemble de ceux avec lesquels il gère actuellement le pays. D’abord, le rêve de troisième mandat, il devra l’enterrer définitivement. Ce nouveau cancer qui tend à envahir tout le continent africain, les Sénégalais n’en veulent pas. Et Macky Sall doit comprendre cela une fois pour toutes. Et même pour le reste de son ultime mandat, il devra établir avec ses compatriotes un nouveau pacte. Un nouveau contrat qui nécessite des dirigeants qu’ils renoncent à leur arrogance au profit d’un peu plus d’humilité et de l’empathie à l’endroit des citoyens sénégalais. Des dirigeants qui doivent également veiller à ce que la répartition des richesses ne soit plus qu’un slogan politique sur une affiche de campagne. Pour que le répit consécutif à la libération d’Ousmane Sonko puisse demeurer durable, l’Etat sénégalais devra en outre assumer sa part de responsabilité à l’égard des plus nécessiteux de ces citoyens. S’il veut que le dernier mandat de Macky Sall à la tête du pays soit conduit à bon port, l’Etat sénégalais ne peut plus continuer à se défausser de ses responsabilités dont celle de se montrer compatissant et solidaire à l’égard de ceux des citoyens les plus précaires. Le pouvoir devra également s’abstenir de certains abus comme ceux dont de nombreux confrères, perçus comme dérangeants, ont fait les frais ces dernières années.

Crise multidimensionnelle

Bref, Macky Sall pourrait avoir été bien avisé de ne pas demeurer dans la posture arrogante qui a été la sienne ces derniers mois. Mais qu’il ne s’y trompe pas. Il faudra plus qu’un geste d’accalmie pour chasser les nuages qui s’amoncellent au-dessus du ciel sénégalais. Pour espérer revoir du beau temps, il lui faudra user à la fois de réalisme et d’humilité pour cerner avec lucidité toutes les dimensions de la crise dont il tente de sortir. Ensuite, dans le cadre de la thérapie dont il devra se servir pour soigner le mal, il lui faudra tenir compte du caractère multidimensionnel du problème. Et il a intérêt à ne pas se tromper de diagnostic. D’autant qu’il y va de son avenir et de l’image de son pays.

Boubacar Sanso BARRY

Articles Similaires

JEUX OLYMPIQUES DE TOKYO 2020 : Fatoumata Yarie Camara s’incline face à la Japonaise Risako Kapai

LEDJELY.COM

Selon Dr. Sakoba Keita, 50% des fonctionnaires guinéens qui ont refusé de se faire vacciner ont été infectés par le Covid-19

LEDJELY.COM

SAKOBA KEITA : « Le couvre-feu risque d’être ramené à 21h »

LEDJELY.COM

HAUSSE DU PRIX DU CARBURANT : « Ça accentue la pauvreté », dit un citoyen de Kankan

LEDJELY.COM

AUGMENTATION DU PRIX DU CARBURANT : réactions de quelques citoyens de Conakry

LEDJELY.COM

« Les populations ont longtemps été grugées par les chauffeurs », admet un syndicaliste

LEDJELY.COM
Chargement....