Ledjely.com
Accueil » COTE D’IVOIRE : une perte cruelle pour Alassane Ouattara
A la une Actualités Afrique Politique

COTE D’IVOIRE : une perte cruelle pour Alassane Ouattara

L’entourage d’Alassane Ouattara se dégarnit. Après la mort, en juillet dernier, de celui qui occupait déjà la fonction et qu’il avait choisi pour lui succéder, le président ivoirien a perdu en effet ce mercredi 10 mars 2021 un autre premier ministre, en la personne de Hamed Bakayoko. Un chef de gouvernement, mais surtout un compagnon de longue date du chef de l’Etat. Evacué depuis la mi-février en France, il a fini par rendre les armes ce mercredi à l’âge de 56 ans dans un hôpital de Fribourg, en Allemagne où il avait été finalement transféré. De lui, la classe politique ivoirienne dans son ensemble devrait surtout se souvenir du dialogue politique qu’il a récemment piloté et qui a débouché sur les législatives inclusives et pacifiques de samedi dernier. Un dernier acte politique dans lequel on devrait lire un ultime appel à la cohésion de la part de tous les acteurs et au-delà de la part de tous les Ivoiriens tout court. Ceci étant, la mort de Hamed Bakayoko, après celle de Amadou Gon Coulibaly, devrait amener à s’interroger sur l’état de santé des responsables ivoiriens. Le sujet est certes tabou sur le continent en général et le débat pourrait être perçu comme étant cynique. Mais après tout, nous sommes dans un pays où le président est âgé de 79 ans !  

Sombres perspectives

La disparition de Hamed Bakayoko est certes foudroyante. Comme du reste le cancer qui en est responsable. Mais elle n’est certainement pas surprenante. Surtout pour les autorités ivoiriennes. En effet, à l’occasion du dernier séjour qu’il a effectué en France, le président ivoirien se rendant au chevet de son compagnon et collaborateur, a pris conscience que l’état de santé de celui s’était fortement dégradé. Il en aurait d’ailleurs touché un mot à son homologue français, faisant notamment part de sa préoccupation à ce dernier. Mais c’est surtout la nomination, le lundi dernier, de Patrick Achi au poste de premier ministre par intérim, qui aura fini de convaincre le grand public du peu d’espoir qu’Alassane Ouattara avait de voir son premier ministre revenir de sitôt de son séjour médical. Sombres perspectives qui devaient se confirmer hier mercredi avec la mort de Hamed Bakayoko, deux jours seulement après son 56ème anniversaire.

L’unité de la Côte d’Ivoire, un hommage que mériterait Hambak

Du défunt, on retiendra une certaine constance au côté d’Alassane Ouattara. Il était à ce titre d’une « loyauté exemplaire », dit de lui d’ailleurs le président ivoirien. Le RDR de ce dernier, Hambak en est membre depuis le milieu des années 90. Un parti qu’il a servi notamment avec Le Patriote, le journal qu’il a créé en 1990. Et c’est au compte de la mouvance RDR qu’il est nommé pour la première fois ministre des Télécommunications et des Nouvelles technologies en 2003, à la suite des accords de Marcoussi. Puis, à l’arrivée d’Alassane Ouattara au pouvoir en 2010, il est d’abord nommé ministre de l’Intérieur, puis de la Défense en 2017, avant d’occuper la primature depuis juillet à la suite de la mort d’Amadou Gon Coulibaly, son prédécesseur. Mais son ultime geste politique a trait au dialogue politique qu’il a piloté en décembre dernier, au lendemain de la présidentielle mouvementée du 31 octobre. Un geste dont la portée symbolique devrait continuer à habiter tous les acteurs politiques ivoiriens. D’autant qu’après 10 ans passés à se haïr et à se détester, ils ont réussi à travers ce dialogue-là à s’entendre pour participer quasiment tous aux dernières législatives. Et puisqu’au-delà d’un scrutin, l’idée était de ramener la cohésion et la concorde dans un pays qui en a été trop longtemps privé, la disparition de celui qui en a été le facilitateur devrait inciter chacun à honorer les engagements pris. Ce serait une belle manière de lui rendre hommage.

 Quid de la santé des responsables ivoiriens ?

Sur un tout autre plan, la mort de Hamed Bakayoko nécessite que l’on interroge l’état de santé des dirigeants ivoiriens. Cela étant justifié notamment par la disparition – on l’a dit – en juillet 2020 d’Amadou Gon Coulibaly. Mais plus largement, il y a qu’en décembre 2019, nous quittait déjà Charles Koffi Diby, ancien président du Conseil économique et social. S’y ajoute que le président du Sénat, Ahoussou Jeannot, est en dehors du pays depuis des mois pour des raisons médicales. S’y ajoute également qu’Amadou Soumahoro, le président sortant de l’Assemblée nationale, n’est pas au meilleur de sa forme. La présidente de la Grande chancellerie, elle aussi, apparaitrait de plus en plus affaiblie. Bref, tout cela ne doit pas être qu’une simple coïncidence. Et surtout, tout cela mérite qu’on s’y intéresse. Il est vrai qu’en Afrique, il est toujours délicat d’aborder la question de la santé des responsables politiques dans leur ensemble. Mais il importe de noter que les services fournis par les institutions dépendent de la vigueur physique avec laquelle ceux qui ont en charge ces institutions, en assurent la gestion. Il y a surtout dans le cas précis de la Côte d’Ivoire que le président de la République, avec désormais 79 ans au compteur, n’est plus si jeune. Si cette réflexion peut déboucher sur une perspective de rajeunissement de la classe politique, elle peut aussi inspirer certains à adopter une certaine hygiène de vie. Car en dehors du facteur lié à l’âge, il y a que sur le continent africain, quand on commence à accumuler les responsabilités et qu’on s’embourgeoise à l’occasion, on ne soucie pas toujours de son état de santé. Ceci étant particulièrement vrai pour ce qui est de l’alimentation.

Boubacar Sanso BARRY

Articles Similaires

LIBERTÉ DE LA PRESSE : la Guinée 109e sur 180 pays évalués

LEDJELY.COM

KINDIA : des jeunes, en colère après la mort d’un conducteur de taximoto, barricadent la route

LEDJELY.COM

Sidya Touré dénonce la banalisation de la violence en Guinée

LEDJELY.COM

Mort de Mohamed Latige Camara, du Hafia FC

LEDJELY.COM

ALIOU BARRY : « On a inoculé la violence dans les veines des forces de défense et de sécurité »

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ : remise de deux ambulances pour l’hôpital régional et le centre de santé amélioré de Gouécké

LEDJELY.COM
Chargement....