Ledjely.com
Accueil » GUINÉE : vingt blogueurs formés par ABLOGUI sur la migration (régulière et irrégulière) et les opportunités qui existent au niveau local
Actualités Guinée Publireportage Société

GUINÉE : vingt blogueurs formés par ABLOGUI sur la migration (régulière et irrégulière) et les opportunités qui existent au niveau local

Dans le cadre du projet « Autonomiser les jeunes en Afrique à travers les médias et la communication » qui vise à contribuer à fournir des informations exactes sur les différentes étapes de la migration et favoriser l’accès à des informations précises sur la migration de main-d’œuvre, l’Association des Blogueurs de Guinée (ABLOGUI), en partenariat avec l’Organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), vient d’organiser une formation, dénommée ‘BlogCamp 224‘, sous le thème « Bloguer pour informer et sensibiliser sur la migration ».

Pendant deux jours, les 24 et 25 mars 2021, vingt blogueurs guinéens ont été formés sur les notions du blogging, de la production de contenus (billets de blog, vidéos, photos, podcast) pour le web et de l’immigration régulière et irrégulière, afin que les jeunes guinéens qui ont accès à Internet puissent être suffisamment informés sur les risques migratoires – surtout l’immigration irrégulière – ainsi que les opportunités d’emploi et entrepreneuriales qui existent au niveau local.

Prenant la parole, le président de l’Association des Blogueurs de Guinée (ABLOGUI) est d’abord revenu sur l’origine du concept ‘blogcamp‘. « [Habituellement], c’est une rencontre entre blogueurs pour discuter des dernières évolutions, des dernières techniques et des derniers outils de blogging qui se développent dans le monde. Mais ce présent atelier est particulier sur deux plans : le premier, c’est que ça parle de la migration et le second, ce sont les objectifs qui vont consister à la production du contenu numérique (des billets de blog, des articles, des vidéos, des podcasts), pour diffuser de l’information sur la migration en Guinée. Notre objectif, ce n’est pas de les sensibiliser pour ne pas qu’ils partent. Mais l’idéal, c’est de partager aux jeunes guinéens de bonnes informations pour qu’ils puissent prendre des bonnes décisions quand ils vont choisir de migrer ; surtout de choisir la voie légale pour migrer », a expliqué Mamadou Alpha Diallo.

Mais au-delà de l’aspect migratoire, les initiateurs de la formation ont aussi partagé durant ces deux jours des astuces sur les opportunités qui existent au niveau local permettant de réussir en Guinée, sans migrer. « L’idée, c’est de montrer [aux participants et à tous les jeunes qui seraient tentés par l’aventure] que nous pouvons réussir en Guinée et réaliser de belles choses ici. Pour ce faire, nous, nous pensons que la dimension internet peut être très intéressante, parce que la couche la plus concernée par ce phénomène, ce sont les jeunes ; et ce sont eux qui sont les plus connectés dans notre pays. Donc, utiliser cet outil peut nous permettre de les atteindre et leur permettre d’avoir de bonnes informations » sur les opportunités existant sur place.

Représentant l’UNESCO à cette formation, Kadiatou Sow, responsable du projet « Autonomiser les jeunes en Afrique à travers les médias et la communication » au sein de l’agence onusienne, a expliqué le contexte de la tenue de cet atelier. « L’UNESCO, depuis 2019, tente de sensibiliser, éduquer et communiquer suffisamment sur la migration. Avec ce présent atelier, les blogueurs, à travers les médias (sociaux), vont contribuer [à la sensibilisation] sur les questions migratoires. Ce projet va diriger les médias vers les problèmes que rencontrent les migrants sur la Méditerranée et dans le désert, au-lieu de se focaliser seulement sur les questions politiques. Nous travaillons sur ce projet dans 8 pays de la sous-région ouest-africaine et du centre. Cette année, nous avons décidé de travailler avec les blogueurs pour déconstruire l’idée selon laquelle, l’Europe, c’est leldorado », a-t-elle expliqué.

Au sortir de ce blogcamp, le contenu des différents modules déroulés semble avoir séduit les participants. C’est le cas d’Elisabeth Guilavogui. « Durant ces deux jours de formation, j’ai appris à parfaire ma connaissance sur le MoJo (mobile journalisme) mais surtout, j’ai pu me réapproprier certaines connaissances sur la migration ; connaissances qui me permettront sans doute de passer mon message sans pour autant imposer un choix à ceux qui me liront », s’est félicitée la journaliste-blogueuse.

Thierno Diallo

Articles Similaires

LIBERTÉ DE LA PRESSE : la Guinée 109e sur 180 pays évalués

LEDJELY.COM

KINDIA : des jeunes, en colère après la mort d’un conducteur de taximoto, barricadent la route

LEDJELY.COM

Sidya Touré dénonce la banalisation de la violence en Guinée

LEDJELY.COM

Mort de Mohamed Latige Camara, du Hafia FC

LEDJELY.COM

ALIOU BARRY : « On a inoculé la violence dans les veines des forces de défense et de sécurité »

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ : remise de deux ambulances pour l’hôpital régional et le centre de santé amélioré de Gouécké

LEDJELY.COM
Chargement....