Ledjely.com

Accueil » ELECTRICITE A KANKAN : quand la stratégie d’intimidation inspire les sages
A la une Actualités Haute-Guinée Politique

ELECTRICITE A KANKAN : quand la stratégie d’intimidation inspire les sages

Ce lundi 29 mars, Kankan, la capitale de la Haute Guinée et fief du président Alpha Condé était censé abriter une manifestation à l’appel du Mouvement citoyen pour l’électrification de la région. Mais il n’en est rien ce matin. Car les protestataires ont été sommés le vendredi dernier de surseoir à ladite manifestation qui se voulait pourtant pacifique. A l’occasion, la notabilité, visiblement excédée elle aussi par les promesses non tenues, a fait dans le fatalisme, en invitant les jeunes en colère à se remettre à Dieu pour la résolution de l’épineuse problématique de l’électrification. Une association improbable entre gouvernance et fatalisme qui en dit long sur l’ampleur de la résignation des Guinéens. Et l’on comprend que cela fasse marrer en particulier dans les rangs des opposants au régime. Mais on retiendra surtout des propos tenus par les sages que la stratégie de l’intimidation du pouvoir fonctionne. C’est en tout cas elle qui a davantage inspiré les sages de Kankan.

Que les sages de Kankan ne veuillent pas que leur ville soit à l’origine d’ennuis pour le président Alpha Condé, cela est parfaitement compréhensible. Mais dans le cas dont il est question, il n’y a pas que la volonté de protéger le chef de l’Etat qui a motivé leur démarche de médiation. Du moins, ce n’est pas que cet argumentaire-là qu’ils ont mis en avant. Aux membres du Mouvement citoyen pour l’électrification de la Haute Guinée, la notabilité de Kankan a demandé de surseoir à la manifestation qui était programmée ce lundi, précisément pour ne pas « qu’on vous mette encore en prison, ni qu’on vous matraque comme vous l’avez déjà été auparavant ». Ce n’est donc pas parce que les sages de Kankan renoncent au droit à la lumière dans leurs foyers. Mais ils ont fini par intégrer que la seule réponse que le régime pourrait réserver à la réclamation des jeunes, ce serait la prison. En cela, ils ont été inspirés, disent-ils, par le sort aujourd’hui réservé aux opposants guinéens. « Même les plus grands opposants à Conakry, ils sont où aujourd’hui », lancent-ils en guise d’illustration aux jeunes qu’ils recevaient le vendredi 27 mars ?

Et de ces propos, on peut conclure que la stratégie par l’intimidation fonctionne. Du moins pour le moment. L’arrestation et la détention d’un certain nombre d’opposants à Conakry sont passées par là. L’interdiction de fait des manifestations, aussi. Mais plus globalement, avec les discours au ton menaçant que le président de la République tient à chacune de ses sorties et l’attitude arrogante et désinvolte qui accompagne les opérations de déguerpissement en cours, l’environnement postélectoral que nous vivons aujourd’hui est intimidant. Mais de toute évidence, cela ne doit rien au hasard. Le plan doit avoir été imaginé en prévision du marasme socioéconomique qu’on savait inéluctable. Il reste à savoir si cela sera payant sur la durée.

Boubacar Sanso BARRY

Articles Similaires

GOUVERNEMENT : le colonel Doumbouya nomme des secrétaires généraux et des cheffes de cabinet

LEDJELY.COM

LIGUE 1 : le Milo FC de Kankan s’impose de nouveau…

LEDJELY.COM

EDUCATION : l’ANAQ dévoile les résultats des évaluations 2020-2021

LEDJELY.COM

N’ZEREKORE : coup d’envoi du championnat régional de Taekwondo

Ledjely.com

TRANSITION : comment le Gouvernement peut-il financer les actions programmées ?

LEDJELY.COM

DIECKE : les travailleurs de la SOGUIPAH menacent d’aller en grève

LEDJELY.COM
Chargement....