Ledjely.com
Accueil » Le Collectif de soutien à Amadou Diouldé Diallo dénonce la violation de la loi sur la liberté de la presse
A la une Actualités Médias Politique

Le Collectif de soutien à Amadou Diouldé Diallo dénonce la violation de la loi sur la liberté de la presse

Après la réception de la note que lui a adressée les autorités communales de Kaloum, interdisant sa manifestation prévue ce mercredi pour protester contre l’arrestation d’Amadou Diouldé Diallo, le collectif de soutien au journaliste s’est réuni aujourd’hui à la Maison de la presse de Kipé, dans la commune de Ratoma, pour exiger la libération du confrère.

Munis des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Respectez la loi L002 », portant des bandes rouges sur leurs têtes et répétant tous « Arrêtez de circuiter les lois », les membres du Collectif de soutien à Amadou Diouldé Diallo ont exprimé leur opposition à l’emprisonnement de leur confrère, en violation de la loi sur la liberté de presse en Guinée.

Dans une déclaration lue devant la presse, Sayon Camara, coordonnateur du collectif est revenu sur le contenu de loi L002. « La loi L002 portant sur la liberté de la presse a dépénalisé les délits de presse en Guinée. L’objectif de cette loi est d’éviter qu’un citoyen ne soit arrêté et mis en prison pour des délits commis par voie de presse. Avec cette loi, la Guinée a fait des avancées significatives en matière de liberté d’expression jusqu’à maintenant, malgré les différentes tentatives de la contourner pour faire arrêter des journalistes afin de les intimider et les pousser à l’autocensure, qui est pire que la censure elle-même », a-t-il souligné, ajoutant que « l’article 10 de la Constitution dispose que « tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression ».

Poursuivant, le Collectif de soutien à Amadou Diouldé Diallo a indiqué que la situation est « inédite » avant de dénoncer le silence de certains hommes des médias, dont il qualifie de « silence coupable ». « A supposer que M. Diallo soit reconnu coupable d’offense au chef de l’Etat, il ne pouvait être condamné qu’à une amende allant de 1 à 5 millions de francs guinéens, selon l’article 105 de la liberté de la presse (…) Face à l’injustice, le silence est coupable. Il serait dommage pour les journalistes que nous sommes de ne pas dénoncer la détention illégale de notre confrère. Brisons donc le silence, crions notre colère et exigeons que M. Diallo soit libéré. Ne pas dénoncer, c’est se rendre complice ou complaisant face à la violation de la loi. Nous ne saurons cautionner le musellement de la presse en Guinée », a insisté le collectif.

Concernant le refus des autorités communales de Kaloum d’autoriser sa manifestation qui était prévue ce mercredi, le Collectif de soutien à Amadou Diouldé Diallo a décidé de se plier mais qualifie tout de même cette interdiction d’« illégale ». « L’histoire retiendra que les autorités communales de Kaloum se sont rendues complices de la violation de la Constitution qui nous autorise à manifester et de la tentative du musellement de la presse dans notre pays. La presse guinéenne est en danger », a prévenu le collectif.

Pour finir, le collectif a invité l’ensemble des journalistes, des associations professionnelles des médias, des organisations de la société de la civile, des ONG de défense des droits humains, à dénoncer la violation de la Loi L002 portant sur la liberté de la presse en Guinée.

Le journaliste et historien, Amadou Diouldé Diallo, a été arrêté le 27 février 2021 et placé sous mandat de dépôt le 1er mars, pour diffamation et offense au chef de l’Etat.

Ali Mohamed Nasterlin

Articles Similaires

COVID-19 : le test PCR ou la carte de vaccination exigé à la rentrée et à la sortie de toutes les préfectures

LEDJELY.COM

KANKAN : les conséquences de l’augmentation des prix des produits pétroliers déjà ressenties dans le secteur du transport

LEDJELY.COM

RN KOUROUSSA-KANKAN : une citerne se renverse, les citoyens se ruent vers le carburant

LEDJELY.COM

Le Barça annonce le départ de Lionel Messi

LEDJELY.COM

BOKÉ : portée disparue depuis lundi dernier, M’Mahawa Bangoura a été retrouvée morte

LEDJELY.COM

GUINEE : la flambée du Covid-19 met la région forestière sous pression

LEDJELY.COM
Chargement....