Ledjely.com
Accueil » Les Etats-Unis épinglent le gouvernement guinéen pour « privation arbitraire de la vie et autres meurtres »
A la une Actualités Guinée Monde Politique

Les Etats-Unis épinglent le gouvernement guinéen pour « privation arbitraire de la vie et autres meurtres »

Dans le cadre de la publication de ses rapports sur les droits de l’homme en 2020 à travers le monde, le Département d’Etat américain, à son bureau de la Démocratie, des Droits de l’homme et du Travail, n’est pas tendre avec la Guinée. En effet, le gouvernement guinéen ou ses agents se trouvent accusés d’avoir « commis des meurtres arbitraires ou illégaux ». Des meurtres commis, à en croire le contenu du rapport relatif à la Guinée, dans le sillage de la contestation de la nouvelle constitution en mars et des violences qui avaient suivi la présidentielle d’octobre 2020.   

Reprenant à son compte des rapports dressés aussi bien par l’opposition guinéenne que par des organisations nationales et internationales de défense des droits humains, le Bureau de la Démocratie, des Droits de l’homme et du Travail du département d’Etat américain souligne en particulier 99 victimes que l’UFDG dit avoir dénombrées entre la présidentielle du 18 octobre et décembre 2020. Si le gouvernement guinéen rejette ce chiffre, on lit dans le rapport établi par les autorités américaines qu’il ne cependant « pas fourni sa propre estimation des meurtres commis par les forces de sécurité au cours de cette période ».

En outre, peut-on également lire dans le rapport : « Il y a eu plusieurs rapports de meurtres commis par les forces de sécurité dans la capitale, Conakry et dans d’autres grandes villes, liés aux élections législatives et au référendum constitutionnel de mars et à l’élection présidentielle d’octobre ». Le ministre de la Sécurité lui-même a fait état de 6 morts dont 4 par les forces de sécurité. Quant au FNDC, autour du double scrutin du 22 mars 2020, il a fourni un bilan de 10 personnes tuées à Conakry et 4 autres N’zérékoré. Quoi qu’il en soit, les rédacteurs du rapport américain s’empressent de relever qu’il « n’y a aucun rapport d’enquête sur ces incidents ».

Ceci étant sur le cas particulier des violences dont la ville de N’zérékoré a été le théâtre le 22 mars 2020 et jours suivants, le Bureau de la Démocratie, des Droits de l’homme et du Travail évoque le compte-rendu publié un mois après par le Collectif des organisations non gouvernementales (ONG) pour la protection des droits de l’homme dans la région de la Guinée forestière. Compte-rendu dans lequel il était de noter qu’au lieu d’intervenir pour apaiser la situation, « les forces de sécurité avaient plutôt été impliquées dans certains des meurtres et autres exactions, exacerbées par des tensions intercommunautaires et ethniques de longue date ». Or, du compte-rendu du Collectif, il ressortait des affrontements intercommunautaires un bilan de « 36 personnes tuées, 129 blessées, 127 arrêtées et 83 bâtiments détruits ». « Cependant, plusieurs médias locaux et d’autres sources ont rapporté que le nombre de morts aurait pu atteindre 60 morts et que les autorités locales ont enterré les victimes dans une fosse commune », notent les auteurs du rapport américain. Des auteurs qui là aussi, déplorent qu’il n’y ait aucun rapport d’enquête.

Quant à l’Organisation guinéenne de défense des droits de l’homme (OGDH), les données qu’elle a recensées font état de « au moins 60 meurtres lors des manifestations du FNDC, de la grève du syndicat des enseignants de janvier, des élections législatives et du référendum constitutionnel de mars, ainsi que de l’élection présidentielle d’octobre et des violences qui ont suivi ». Pourtant, peut-on également lire dans le rapport : « les familles de 10 victimes ont déclaré que la plupart des victimes se trouvaient à l’extérieur du périmètre des manifestations lorsqu’elles ont été abattues par les forces de sécurité ».

Ledjely.com

Articles Similaires

JEUX OLYMPIQUES DE TOKYO 2020 : Fatoumata Yarie Camara s’incline face à la Japonaise Risako Kapai

LEDJELY.COM

Selon Dr. Sakoba Keita, 50% des fonctionnaires guinéens qui ont refusé de se faire vacciner ont été infectés par le Covid-19

LEDJELY.COM

SAKOBA KEITA : « Le couvre-feu risque d’être ramené à 21h »

LEDJELY.COM

HAUSSE DU PRIX DU CARBURANT : « Ça accentue la pauvreté », dit un citoyen de Kankan

LEDJELY.COM

AUGMENTATION DU PRIX DU CARBURANT : réactions de quelques citoyens de Conakry

LEDJELY.COM

« Les populations ont longtemps été grugées par les chauffeurs », admet un syndicaliste

LEDJELY.COM
Chargement....