Ledjely.com
Accueil » TEMOIGNAGE. « On m’a dit qu’en échange de 100 000 GNF, je peux avoir mon certificat de négativité au Covid-19 »
A la une Actualités Coronavirus Guinée Société

TEMOIGNAGE. « On m’a dit qu’en échange de 100 000 GNF, je peux avoir mon certificat de négativité au Covid-19 »

Réalisation d’un test PCR. Photo d’illustration – © Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Suite à l’arrivée du Covid-19 sur le sol guinéen, les personnes qui souhaitent se déplacer vers les pays étrangers doivent se soumettre à un certain nombre de mesures, édictées par les autorités sanitaires nationales. C’est le cas notamment d’un test obligatoire au Covid-19 qui doit s’avérer négatif pour pouvoir voyager. Mais ces derniers temps, un circuit parallèle de vente de certificat de négativité se serait mis en place, d’après un témoignage recueilli par Ledjely.com. C’est une source qui a contacté notre rédaction ce jeudi 1er avril 2021 pour nous signaler le trafic de certificat de positivité qui prospèrerait dans certaines structures sanitaires de la capitale guinéenne. Obtenir le précieux document sans se soumettre au test PCR ? Cela peut paraître difficile voire impossible si on suit la logique des autorités sanitaires guinéennes.  Pourtant, ce serait bien possible si on y met le prix, à en croire notre source.

En effet, selon notre source qui a requis l’anonymat, c’est durant les préparatifs de son voyage pour la capitale malienne, entre le mardi 30 et le mercredi 31 mars, qu’un chauffeur de taxi, roulant sur l’axe Conakry-Bamako, l’a mis en contact avec un homme travaillant dans une structure sanitaire de la place pour que celui-ci l’aide à avoir un certificat de négativité au virus sans avoir à passer le test lui-même. « Je devais voyager urgemment au Mali par voie terrestre. Un ami m’a donc mis en contact avec un chauffeur. Et quand j’ai appelé ce dernier, il m’a demandé si j’avais fait le test coronavirus. Je lui ai répondu que non. Comme on devait voyager le lendemain, il m’a donc mis en contact avec un Monsieur qui pourra me fournir le certificat le plus tôt possible, sans avoir à me déplacer. J’ai donc accepté, il m’a envoyé son numéro. J’ai donc appelé celui qui fournit les résultats du faux test. Il m’a d’abord ordonné de ne pas employer un mot relatif à la maladie (Covid-19, ndlr). Car, d’après lui, son numéro serait ciblé par les autorités. Son numéro serait mis à l’écoute. Ensuite, il m’a demandé de lui donner mon identité et m’a fait savoir que je dois payer 100 000 GNF en contrepartie du certificat de négativité », nous a confié celui qui entend lancer l’alerte.

A notre question de savoir pourquoi il a accepté de se soumettre à cette pratique, contraire au règlement en vigueur qui exige que tout voyageur se soumette au test PCR avant de quitter la ville de Conakry, notre source a assuré que son voyage était trop urgent et qu’elle craignait que le test la fasse perdre du temps. En échange de la modique somme de 100 000 GNF, notre interlocuteur a indiqué être entré en possession de son certificat de test négatif au Covid-19 le même jour. Sans rencontrer le professionnel de santé. « Je lui ai fourni toutes les infos dont il avait besoin sur moi par téléphone. Puis, il m’a donc rassuré que mon certificat de test serait disponible le même jour (mardi soir). Comme prévu, quand je suis parti embarquer mes bagages à l’adresse que m’a indiquée le chauffeur, ce dernier m’a remis mon certificat de test négatif, signé et cacheté par une clinique de la place », a-t-il précisé en se défendant de donner le nom de la clinique en question qui se trouverait dans la haute banlieue de Conakry.

Nous avons tenté de joindre à plusieurs reprises un responsable de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire (ANSS) pour obtenir la réaction de l’organisme en charge de la lutte contre la pandémie du Covid-19. Mais nos multiples tentatives sont pour l’instant restées infructueuses. Nous publierons dès que possible la réaction de l’agence par rapport à ce présumé trafic de certificat de négativité qui s’opérerait à grande échelle dans la capitale guinéenne.

 Ali Mohamed Nasterlin

Articles Similaires

LIBERTÉ DE LA PRESSE : la Guinée 109e sur 180 pays évalués

LEDJELY.COM

KINDIA : des jeunes, en colère après la mort d’un conducteur de taximoto, barricadent la route

LEDJELY.COM

Sidya Touré dénonce la banalisation de la violence en Guinée

LEDJELY.COM

Mort de Mohamed Latige Camara, du Hafia FC

LEDJELY.COM

ALIOU BARRY : « On a inoculé la violence dans les veines des forces de défense et de sécurité »

LEDJELY.COM

N’ZÉRÉKORÉ : remise de deux ambulances pour l’hôpital régional et le centre de santé amélioré de Gouécké

LEDJELY.COM
Chargement....