Ledjely.com
Accueil » RESTRICTIONS DES DROITS DES CITOYENS : le Premier ministre guinéen dénonce un « mauvais procès »
A la uneActualitésGuinéePolitiqueSociété

RESTRICTIONS DES DROITS DES CITOYENS : le Premier ministre guinéen dénonce un « mauvais procès »

Le Département d’Etat américain a dressé, la semaine dernière, un bilan accablant de la gouvernance des autorités guinéennes sur les libertés et restrictions des droits des citoyens dans le pays. Plusieurs ONG nationales et internationales dénoncent régulièrement les violations des droits de l’homme en Guinée.

Mais pour le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana, qui était ce mercredi 7 avril devant les députés de l’Assemblée nationale, pour présenter la politique générale du gouvernement, c’est plutôt un mauvais « procès qui est fait à la Guinée ». « La situation politique et sociale a certes notablement évolué. Mais les enjeux d’alors et ceux d’aujourd’hui restent les mêmes avec plus ou moins d’acuité selon les sujets. Je sais bien que nous nous réjouissons tous de vivre dans un pays plus sûr qui concilie l’impératif de la liberté et le devoir de la responsabilité. Des voix s’élèvent pour évoquer des restrictions des droits des citoyens voire le recul de notre démocratie. C’est une caricature et un mauvais procès qui sont faits à notre pays. C’est aussi mal connaître le parcours personnel et l’histoire politique du président Alpha Condé. La question qui mérite d’être posée et qu’on occulte très souvent et qui nous interpelle tous est la suivante : peut-on exercer des droits reconnus et des libertés fondamentales dans la défiance permanente des institutions et dans une société de violence et de désordre ? Nous voulons un pays de liberté et un Etat de droit. Nous aspirons aussi à une société de responsabilité dans laquelle chacun connaît ses droits et devoirs, respecte les lois de la République, les institutions et l’ordre constitutionnel. Ici, comme ailleurs, n’est-ce pas la norme et le principe ? La liberté dans la responsabilité et la sécurité pour tous sont des responsabilités qui incombent à tous les Etats et tous les gouvernements du monde, de même la marque de toutes les nations démocratiques », s’est défendu le locataire du palais de la Colombe.

Ibrahima Kindi Barry

Articles Similaires

Transition guinéenne : des militaires déterminés à dérouler leur agenda, quoi qu’il en coûte (édito-Mognouma)

LEDJELY.COM

Corruption : les efforts du CNRD n’impactent pas le classement de la Guinée

LEDJELY.COM

TPI de Mafanco : Mory Nabé écope de 10 ans pour avoir mortellement battu sa femme, suite à une crise de jalousie

LEDJELY.COM

Emergence Mag Awards : liste des entreprises présélectionnées dans les catégories « Meilleure Banque commerciale de l’année » et « Femme Entrepreneure de l’année »

LEDJELY.COM

Sergueï Lavrov en visite à Bamako pour consolider le lien « crucial » avec le Mali

LEDJELY.COM

AN 1 DU CNT : le président de l’Assemblée législative du Burkina Faso répond à l’invitation de la Guinée

LEDJELY.COM
Chargement....