Ledjely.com
Accueil » COUP DE BLUFF : ces précédents qui auraient dû inspirer Kassory Fofana
A la une Actualités Guinée Politique

COUP DE BLUFF : ces précédents qui auraient dû inspirer Kassory Fofana

Alors qu’il avait visiblement manifesté des velléités d’un départ fracassant, Kassory Fofana fini par se raviser. Ce, à l’issue d’une visite que lui a expressément rendue le président Alpha Condé, le dimanche 4 avril dernier. Visite dont ils ont tous deux profité, nous apprend-on, pour aplanir les divergences et s’engager pour un nouveau départ. Mais de l’avis de nombre d’observateurs, en se laissant convaincre par le président Alpha Condé, le premier ministre se rend coupable d’une erreur qui pourrait lui coûter. Il risque en particulier, une fois que la tempête politico-médiatique se sera calmée, de se voir renvoyer par le chef de l’Etat. En cela, il y a des cas dont il aurait dû s’inspirer.

« Quand on veut démissionner, on ne menace pas. On s’en va tout simplement », nous dit un observateur. A cela, on peut ajouter : « Sous l’ère Alpha Condé, quand on menace de démissionner, on a intérêt à mettre la menace à exécution ». Le chef de l’Etat qui aime avoir le contrôle sur tout – des hommes et des circonstances notamment – voudrait lui-même en effet déterminer les conditions de départ de ses collaborateurs. Un ministre qui s’en va sur un coup de tête, il vit cela comme un échec personnel. Mais la menace quant à elle, il la perçoit comme une défiance impardonnable. Aussi, d’une part, quand un membre manifeste de l’agacement et veut partir, le président met les petits plats dans les grands pour l’en dissuader. Mais d’autre part, il guette toujours l’occasion de faire payer à ce dernier cette audace, par un renvoi. Que le président de la République aille jusqu’à se rendre lui-même au domicile du premier ministre pour le convaincre de rester en place, cela est illustratif de la peur qu’il avait de voir ce dernier partir dans des circonstances sur lesquelles il n’a aucune prise.

Déjà, il avait eu la même attitude à l’égard des anciens ministres de la Justice, Me Christian Sow et de la Communication, Alhousseine Makanera Kaké. Le 24 juillet 2012, une folle rumeur relative au départ du premier a circulé à Conakry. Si dans l’entourage de l’ancien ministre, la menace avait été confirmée, elle n’a cependant pas été mise en exécution. Il semble que le ministre qui se plaignait de l’ingérence de l’exécutif dans les affaires judiciaires, s’était laissé convaincre par le président Alpha Condé. Quant à Makanera Kaké, aujourd’hui encore, il confirme bel et bien avoir rédigé sa lettre de démission en 2015. Mais il s’était finalement abstenu de la rendre publique. Il se plaignait pourtant de l’insubordination de Paul Moussa Diawara, ancien Directeur Général de l’Office guinéen de publicité (OGP). De fait, le président Alpha Condé l’avait, là aussi, convaincu de ne pas s’en aller. Mais lui avait choisi de se passer des services de l’un et de l’autre, dès que l’occasion s’était présentée par la suite. Et c’est ce qui risque d’arriver au premier ministre Kassory Fofana.

Cheik Sako, Khalifa Gassama Diaby et Abdoulaye Yéro Baldé, avaient préféré mettre le président de la République, devant le fait accompli.

Boubacar Sanso BARRY

Articles Similaires

URGENT : le président Alpha Condé durcit les mesures barrières contre le Covid-19

LEDJELY.COM

GUINÉE : les demandeurs de visa soumis à des nouvelles conditions anti-Covid-19

LEDJELY.COM

Depuis la prison, Etienne Soropogui adresse une nouvelle lettre aux Guinéens

LEDJELY.COM

KEROUANÉ : des interrogations après la mort suspecte d’un homme

LEDJELY.COM

BOKÉ : disparition inquiétante d’une élève peu après la fin du CEP

LEDJELY.COM

Le régime d’Alpha Condé accusé d’avoir « une volonté manifeste de mettre fin à la vie » de Foniké Menguè

LEDJELY.COM
Chargement....