Ledjely.com
Accueil » FARANAH : « On n’avait jamais débuté le ramadan dans un tel contexte »
Actualités Haute-Guinée Société

FARANAH : « On n’avait jamais débuté le ramadan dans un tel contexte »

Les fidèles musulmans de Guinée, à l’instar de leurs coreligionnaires à travers le monde, ont entamé ce mardi 13 avril 2021 le jeûne du mois de ramadan. A Faranah, le mois saint débute dans un contexte économique marqué par la hausse des denrées de grande consommation, rapporte ce matin le correspondant du Djely en Haute-Guinée.

Au marché central – qui est d’ailleurs l’unique centre de négoce de la ville – où nous nous sommes rendus ce matin, les clients ne se bousculent pas. « Je suis dans cette ville depuis 2006 ; c’est vrai qu’à chaque début du ramadan on constate la hausse des prix, mais cette année, c’est vraiment incroyable. On n’avait jamais débuté le ramadan dans un tel contexte. Le kilo de sucre est vendu entre 9 000 et 10 000 francs guinéens. La viande, on n’en parle même pas. Aujourd’hui, il faut être d’une famille nantie pour avoir de la viande dans ses plats. Car le kilogramme est autour des 40 000 francs, alors qu’il était à 30 000 francs il y a quelques jours. Les promesses électoralistes qui avaient été tenues ne sont pas respectées dans cette ville. Il faut que les dirigeants nous aident », lance Odia Oularé.

Aminata Condé est venue chercher de quoi préparer pour la rupture. Mais à cause de la cherté des prix, cette mère de famille n’a pas pu acheter tous les condiments qu’elle voulait. « Je suis venue avec plus de 30 000 francs, mais après avoir acheté du sel, de l’huile, de la patte d’arachide et d’autres condiments, il ne me reste plus que 2 500 francs. Je ne peux pas comprendre que ce soit pendant le mois du ramadan que les choses augmentent ça et là », dénonce la mère de famille.

D’autres citoyens de la cité Sankaran interrogés par Ledjely.com partagent le constat fait par les deux intervenantes sur la cherté actuelle de la vie dans la ville. Mais Faranah n’est pas la seule à être confrontée à la hausse généralisée des prix des produits de première nécessité. De Conakry aux autres villes de l’intérieur du pays, le constat est identique : les prix ont grimpé partout.

Michel Yaradouno, Faranah pour Ledjely.com

Articles Similaires

RATOMA : la mairie annonce de nouvelles mesures contre l’occupation anarchique de la chaussée aux abords des marchés

LEDJELY.COM

Les premiers mots de Boubacar Diallo « Grénade » après sa libération

LEDJELY.COM

DEGUERPISSEMENT : le collectif des victimes de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse se fait de nouveau entendre

LEDJELY.COM

Depuis N’Zérékoré, le ministre de la Santé déclare officiellement la fin de l’épidémie d’Ebola

LEDJELY.COM

PLACEMENT D’ENFANTS DOMESTIQUES : un marché illégal mais lucratif pour des entreprises

LEDJELY.COM

Le président Alpha Condé gracie deux prisonniers politiques

LEDJELY.COM
Chargement....