Ledjely.com
Accueil » AN 72 DE L’ALPHABET N’KO : l’académie N’ko plus que jamais confiante sur l’avenir de la langue
Actualités Culture

AN 72 DE L’ALPHABET N’KO : l’académie N’ko plus que jamais confiante sur l’avenir de la langue

Journée mondiale de l’écriture N’ko, ce 14 avril marque également l’an 72 de l’alphabet N’ko. Cette langue africaine, qui ne cesse de s’étendre, vise loin. Pour Nafadji Sory Condé, membre de l’académie centrale N’ko et directeur de programmes N’ko à l’université Koffi Annan de Guinée, il est temps que la langue soit enseignée dans les institutions d’enseignement du pays.

Système d’écriture phonétique et phonologique, l’alphabet N’ko est une langue d’origine africaine qui comprend 7 voyelles, 19 consonnes et une diphtongue (voyelle complexe qui change de timbre en cours d’émission).

Dans son évolution au cours des ces dernières décennies, cet alphabet a connu trois grandes étapes :

  • La première période qui date de 1949 à 1987 est la période de la création et de la dissémination, qui a permis au  fondateur de l’alphabet N’ko de faire des livres et de la recherche ;
  • De 1987 à 2005, c’est la période pré-unicode où l’alphabet N’ko commence à être écrit avec des ordinateurs sans être toutefois mondialement et internationalement reconnu dans les systèmes informatiques ;
  • De 2005 à nos jours, c’est la période numérique pour le N’ko, maintenant enseigné dans certaines grandes universités du monde. Il est également présent dans les téléphones portables, avec des claviers Android mais aussi des Mac.

« Nous sommes entrain d’aller maintenant vers la 4ème phase : celle de l’intelligence artificielle dont les jalons sont entrain d’être posés. Nous pensons à la robotique, la science dans son avenir, la robotisation, la nanotechnologie. Il faut vraiment que les langues africaines jouent le même rôle que les langues comme l’anglais, le français, l’espagnol. C’est ça l’ambition de l’alphabet N’ko », précise Nafadji Sory Condé, de l’académie N’ko.

Si l’alphabet N’ko a un bon accueil à l’international, il a en plus une place de choix au niveau des langues africaines, selon l’homme de lettres. « Aujourd’hui, à part le swahili, le N’ko est le système le plus développé en Afrique (…) Le N’ko n’a pas le statut de langue officielle dans les pays d’existence que ce soit en Guinée, au Mali ou en Côte d’ivoire, mais force est de reconnaître qu’il y a plus de 8 millions de personnes qui sont alphabétisés à travers l’écriture N’ko dans le monde, y compris plus de 1 500 000 personnes en Guinée. Ça veut dire que le N’ko fait son chemin », se félicite Nafadji Sory Condé.

Encore absent des politiques officielles éducatives du pays, l’académie N’ko traduit pourtant les programmes de l’école primaire et livres de l’école élémentaire en N’ko, en attendant d’attaquer les programmes du collège. Ceci, en attendant que le gouvernement fasse un pas dans le sens de l’acceptation de cette langue dans le système. « Le N’ko est suffisamment populaire. Je lance un appel au gouvernement d’accepter l’ouverture des écoles expérimentales sous la tutelle de l’État, puisqu’une affaire linguistique est une affaire de souveraineté », plaide-t-il.

Elisabeth Zézé Guilavogui

Articles Similaires

Les premiers mots de Boubacar Diallo « Grénade » après sa libération

LEDJELY.COM

DEGUERPISSEMENT : le collectif des victimes de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse se fait de nouveau entendre

LEDJELY.COM

Depuis N’Zérékoré, le ministre de la Santé déclare officiellement la fin de l’épidémie d’Ebola

LEDJELY.COM

PLACEMENT D’ENFANTS DOMESTIQUES : un marché illégal mais lucratif pour des entreprises

LEDJELY.COM

Le président Alpha Condé gracie deux prisonniers politiques

LEDJELY.COM

CAMPAGNE DE REBOISEMENT : ministères, institutions, ambassades et entreprises invités à planter des arbres

LEDJELY.COM
Chargement....