Ledjely.com
Accueil » ÉVENTUELLE FERMETURE DES MOSQUÉES : ce qu’en disent les autorités religieuses
A la uneActualitésCoronavirusReligionSociété

ÉVENTUELLE FERMETURE DES MOSQUÉES : ce qu’en disent les autorités religieuses

Le mois de ramadan de cette année coïncidence à la deuxième vague de la pandémie du COVID-19 en Guinée. Une situation qui inquiète certains fidèles, d’autant que l’année dernière à la même période les lieux de culte étaient fermés, en raison justement de l’épidémie. Cependant, cette fois-ci, le département des Affaires religieuses n’envisage pas de les fermer. Il œuvre plutôt pour le respect des gestes barrières, principalement la distanciation sociale qui constitue un véritable défi dans les lieux publics. C’est l’assurance qu’a donnée Dr Mamadou Lamine Diallo, membre du cabinet, lors d’un entretien accordé au Djely ce jeudi 15 avril 2021.

A l’entame de ses propos, l’imam a indiqué que les conclusions issues d’une réunion de cabinet, assorties d’une réunion avec l’Agence nationale de la sécurité sanitaire (ANSS), s’inscrivent dans la dynamique du respect des gestes barrières. « Tout n’est pas rose certes, mais il y a beaucoup de mosquées qui respectent les mesures barrières édictées. Il ne faut pas se limiter à une ou deux mosquées pour en faire un cas global. Tous les jours, nous sommes là-dessus. On a pris des mesures, bien avant le ramadan : les mosquées ont été dotées de kits sanitaires, les mosquées ont été aidées pour les bavettes dans un premier temps, afin d’encourager les gens à le faire. Et la distanciation est l’une des mesures fermes du département pour les prières », a-t-il expliqué.

Poursuivant, le directeur national de la Zakat est revenu sur le mécanisme de suivi mis en place. « On envoie des missionnaires pour prier avec les fidèles dans les différentes mosquées. On ne reste pas au bureau pour s’informer, on est dans les lieux de cultes avec nos différents responsables dans les démembrements pour observer avec eux le degré de respect des mesures édictées », a insisté Dr. Diallo.

Pour finir il a préconisé que les lieux de culte ne fassent pas l’objet de discrimination. « Les lieux de culte ne sont pas les seuls où le grand public se retrouve. Les marchés, les gares voitures, les taxis sont là aussi. Et tous les autres lieux publics doivent obéir aux mêmes règles, on a tous à faire à la même population. Donc, il faut sensibiliser au moins cinq fois par jour dans les mosquées », a-t-il indiqué, ajoutant qu’il n’est pas exclu que les fidèles qui ne respectent pas les règles soient renvoyés des mosquées.

Hawa Bah

Articles Similaires

FOULA MADINA : l’élection du bureau des conducteurs de taxis motos vire à la violence

LEDJELY.COM

RD CONGO : la visite papale, un révélateur du besoin de paix

LEDJELY.COM

Pour Blaise Goumou, rien ne justifiait la descente de la garde présidentielle au stade

LEDJELY.COM

TPI de Mafanco : ‘’Américain’’ répond de la ruse dont il usait pour attirer les filles dans son lit

LEDJELY.COM

Affaire Nanfo Diaby : El Hadj Mansour Fadiga rectifie le ministre Charles Wright

LEDJELY.COM

Aliou Bah du MoDeL : « Rien ne se fera sans nous »

LEDJELY.COM
Chargement....