Ledjely.com
Accueil » PRIX DU PAIN : Cellou Dalein Diallo remet le gouvernement à sa place
A la une Actualités Guinée Société

PRIX DU PAIN : Cellou Dalein Diallo remet le gouvernement à sa place

En libéral assumé, Cellou Dalein Diallo s’est exprimé sur les tentatives d’intimidation des autorités contre les commerçants et les boulangers, coupables tout désignés dans la hausse des prix des denrées alimentaires à laquelle les Guinéens font face depuis la présidentielle d’octobre dernier qui a vu le président Alpha Condé triompher pour un troisième mandat. Apostrophant le régime de Conakry pour sa démarche visant à faire porter la responsabilité de la cherté de la vie aux commerçants et aux boulangers, l’ancien Premier ministre – en économiste capitaliste convaincu – s’est prêté à un véritable cours magistral sur le processus de fixation des prix. C’était ce samedi 17 avril 2021 à l’occasion de l’Assemblée générale virtuelle de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG). Le siège du parti étant fermé par le gouvernement guinéen depuis la dernière élection présidentielle.

Rappelant que le sac de farine se vend actuellement à un prix élevé, se négociant autour des 360 000 francs guinéens, le principal adversaire du président Alpha Condé s’est montré plutôt compréhensif des explications données par les boulangers. Pour Cellou Dalein Diallo la décision des autorités de vouloir faire baisser coûte que coûte le prix du pain relève d’une « stratégie communiste ». D’autant que « le sac de farine coûte actuellement 360 000 francs guinéens à peu près ». Mais le gouvernement dit : « Non, vous vendez [le sac de farine] à 300 000. C’est une décision de l’État, si n’obéissez pas, c’est du sabotage et du complot. Voilà comment raisonnent les communistes », dénonce le leader de l’UFDG.

Quant aux boulangers, précise Cellou Dalein Diallo, ils produisent leur pain à 5 000 francs la baguette. Cependant, le gouvernement dit là aussi : « Non, il faut vendre à 4 000 francs. Mais [le boulanger] ne fait pas du pain pour nourrir la population. Il le fait pour gagner de l’argent. On ne construit pas une boulangerie pour aider les autres. À priori, on le fait parce qu’on pense que c’est un secteur rentable. Si tu ne peux pas gagner l’argent, mais tu ne produis pas pour perdre. Parce que tu vas être en faillite et puis tu ne sauras plus comment faire », a fait remarquer l’opposant dont les sorties ces derniers jours mettent le parti du président Alpha Condé dans tous ses états.

Ali Mohamed Nasterlin

Articles Similaires

RATOMA : la mairie annonce de nouvelles mesures contre l’occupation anarchique de la chaussée aux abords des marchés

LEDJELY.COM

Les premiers mots de Boubacar Diallo « Grénade » après sa libération

LEDJELY.COM

DEGUERPISSEMENT : le collectif des victimes de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse se fait de nouveau entendre

LEDJELY.COM

Depuis N’Zérékoré, le ministre de la Santé déclare officiellement la fin de l’épidémie d’Ebola

LEDJELY.COM

PLACEMENT D’ENFANTS DOMESTIQUES : un marché illégal mais lucratif pour des entreprises

LEDJELY.COM

Le président Alpha Condé gracie deux prisonniers politiques

LEDJELY.COM
Chargement....