Ledjely.com
Accueil » « La balle m’a pris au niveau de la jambe », Adama Traoré, victime de répression à Kouroussa
A la une Actualités Haute-Guinée Sécurité Société

« La balle m’a pris au niveau de la jambe », Adama Traoré, victime de répression à Kouroussa

Quarante-huit heures après la journée agitée du samedi dernier à Kouroussa, l’heure est encore au bilan. D’un côté, les autorités font le compte des établissements officiels saccagés ainsi que des biens pillés. De l’autre, les familles endeuillées par la répression pleurent les proches fauchés, alors que les blessés pensent leurs plaies.  Justement, parmi ces blessés, le correspondant du Djely dans la région a pu s’entretenir avec Adama Traoré. Pris en charge à l’hôpital préfectoral de Kouroussa où il suit des soins intensifs, il explique les circonstances dans lesquelles il a reçu une balle tirée, dit-il, par un militaire.

La journée du 17 avril 2021 restera longtemps gravée dans la mémoire du jeune Adama Traoré. Et pas qu’en raison des grosses manifestations organisées dans la ville de Kouroussa à propos de la zone aurifère concédée à la société Kouroussa Gold Mining. Il s’en souviendra surtout parce qu’il en a récolté une blessure consécutive à une balle reçue d’un militaire. Adama est du quartier Komoniko. S’il s’est retrouvé dans l’axe des militaires envoyés en renfort, c’est parce qu’il tenait à secourir un vieux que ceux-ci malmenaient. « Les militaires ont mis la main sur un vieux de notre quartier du nom de Bérétékè. On s’est dit qu’il fallait aller le sauver, car ils l’avaient sauvagement frappé », explique-t-il.

La témérité d’Adama et de ses copains finissent par payer car ils réussissent à sortir le vieux des griffes des militaires. Sauf qu’en face, les militaires n’auront manifestement pas apprécié la défiance. « Soudain, un des militaires a sorti l’arme et l’a pointée dans notre direction », relate Adama. Lui et ses imaginent alors que le militaire n’est pas au sérieux. Ils se disent que l’arme ne doit pas être chargée. Seulement, elle l’était. « Il a tiré sur moi et la balle m’a pris au niveau de la jambe », dit le jeune Traoré.

Plutôt abattu, il se réjouit cependant que son os ne semble avoir été touché par la balle. Et il espère s’en servir dans quelques mois, vu que les chirurgiens l’ont déjà opéré.

Il est à préciser que dans cette crise, la résolution du problème reste subordonnée à la venue prochaine du président Alpha Condé.

Michel Yaradouno

Articles Similaires

RATOMA : la mairie annonce de nouvelles mesures contre l’occupation anarchique de la chaussée aux abords des marchés

LEDJELY.COM

Les premiers mots de Boubacar Diallo « Grénade » après sa libération

LEDJELY.COM

DEGUERPISSEMENT : le collectif des victimes de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse se fait de nouveau entendre

LEDJELY.COM

Depuis N’Zérékoré, le ministre de la Santé déclare officiellement la fin de l’épidémie d’Ebola

LEDJELY.COM

PLACEMENT D’ENFANTS DOMESTIQUES : un marché illégal mais lucratif pour des entreprises

LEDJELY.COM

Le président Alpha Condé gracie deux prisonniers politiques

LEDJELY.COM
Chargement....