Ledjely.com

Accueil » CONAKRY : ce que pensent des fidèles après l’annonce de la non-tenue des prières nocturnes dans les mosquées
Actualités Religion

CONAKRY : ce que pensent des fidèles après l’annonce de la non-tenue des prières nocturnes dans les mosquées

C’est cette nuit, du 2 au 3 mai 2021, que les fidèles musulmans entament les dix derniers jours du mois de ramadan. Conformément aux prescriptions islamiques, ils sont appelés à faire des prières nocturnes en vue de rechercher « La nuit du destin ». Généralement, ces prières nocturnes se font dans les mosquées.

Mais en raison du couvre-feu en vigueur dans le Grand Conakry dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, les fidèles ne sont pas autorisés à se retrouver dans les mosquées de la capitale guinéenne pour prier. Ainsi, le Secrétariat général des Affaires religieuses appelle les musulmans prier depuis leurs maisons. C’est en substance l’information qui est passée ce dimanche soir dans certaines mosquées de la ville, précisant que des démarches sont entreprises afin de trouver une issue plus favorable à cette situation.

A l’annonce de cette décision, certains fidèles n’ont pas caché leur mécontentement. Eux qui espéraient une autorisation exceptionnelle de pouvoir sortir la nuit pour aller à la mosquée. C’est le cas de Fatoumata Dansoko qui rentre d’une mosquée de la banlieue de Conakry sans masque. « Ils ont gâté notre programme, déplore la jeune femme, la vingtaine révolue. Certains peuvent avoir la paresse de prier seuls pendant des longues heures. Ils auraient dû terminer leurs négociations bien avant et permettre aux fidèles d’aller prier dans les mosquées ».

Fatoumata Diariou Diallo, elle aussi, n’est pas contente de cette décision. « En dehors du ramadan, je me lève la nuit pour prier. Ce qui me dérange, c’est plutôt de ne pas pouvoir bénéficier des avantages de la prière en commun, dans la convivialité entre sœurs et frères musulmans », dit-elle.

Les prières nocturnes de ces dix derniers jours du ramadan étant permises de faire à la maison, Salimatou Bah n’aura pas beaucoup de difficultés avec cette décision. Mais la jeune femme assure qu’elle aurait préféré qu’on autorise les fidèles d’aller prier dans les mosquées. « Les prières surérogatoires ont été rapides ce soir. Je pensais que c’était une manière de libérer les gens pour qu’ils puissent revenir dans les mosquées vers minuit. Je ne m’attendais vraiment pas à la décision appelant les fidèles à prier chez eux. Mais, pour moi, ça ne change pas grand chose, parce que je prie généralement à la maison », explique-t-elle.

Alors que des négociations sont annoncées pour permettre à une issue favorable, beaucoup estiment que cela n’est qu’un prétexte pour calmer la colère des fidèles qui auraient souhaité se retrouver dans les mosquées pour prier.

Hawa Bah

Articles Similaires

Kankan/ projet Coton : les travailleurs exigent le paiement immédiat de deux mois d’arriérés de salaire

Ledjely.com

CNT : des jeunes de l’Axe dénoncent la liste soumise par le ministère de la jeunesse

Ledjely.com

RATOMA : OSH-Guinée sensibilise à la prise en compte des personnes handicapées dans les politiques publiques

LEDJELY.COM

La Guinée  célèbre  la journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA

Ledjely.com

Augmentation du prix du blé à l’international : le ministre Bernard Goumou, confère avec les professionnels du secteur

Ledjely.com

Guinée: le secrétaire général aux affaires religieuses confère avec le conseil chrétien

Ledjely.com
Chargement....