Ledjely.com

Accueil » PRIERES NOCTURNES : Dr. Sakoba Keïta s’explique sur la mesure d’interdiction
A la une Actualités Guinée Santé

PRIERES NOCTURNES : Dr. Sakoba Keïta s’explique sur la mesure d’interdiction

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS) monte au créneau après le tollé qui a suivi la publication de la décision d’interdiction des prières nocturnes en ces dix derniers jours du mois de ramadan. Au cours d’un point de presse qu’il animait ce mercredi 5 mai, le Directeur Général de l’instance en charge de la gestion de la crise liée à la pandémie de Covid-19 a réitéré que la mesure est consécutive au taux de contamination observé ces derniers jours. Au-delà, explique Dr. Sakoba Keïta, la mesure a été prise à l’issue d’une concertation avec les responsables religieux au plus haut niveau.

De l’interdiction des prières nocturnes uniquement

Dr. Sakoba Keïta a notamment répondu à ceux qui ne comprennent pas qu’on veuille interdire les prières nocturnes, alors que celles surérogatoires (Nafila) et celles du Vendredi qui mobilisent également du monde sont autorisées.

 « Certains disent pourquoi on autorise la prière ordinaire.  La durée d’une prière ordinaire c’est 5 à 10 minutes. Le temps de contact et de promiscuité est très limité. La Nafila normale c’est 30 mn à 1 heure du temps. (…) La prière nocturne que nous avons visée commence à partir de minuit et la plus courte prend fin à 3 heures et la plus longue, 4 heures. Donc, le temps de contact est plus long. On a estimé que quand la durée est trop longue, il y a beaucoup qui toussent, le virus va circuler ».

Facteur aggravant, des personnes âgées et donc à risque passent la nuit à la mosquée

 « Le deuxième argument qu’on a mis avant et que l’Agence nationale de sécurité sociale a trouvé très pertinent, c’est que certains passent la nuit dans la mosquée et même toute la journée, du début du jeûne à la fin (…) Et Quelles sont les catégories qui passent la nuit dans la mosquée, ce sont les plus âgés et ceux sont eux qui meurent avec cette maladie. Ce sont deux arguments qui ont fait que l’ANSS a émis des réserves ».

Enfin, la mesure a reçu l’onction des responsables religieux

« Sur le plan technique sanitaire, ça un haut risque de propagation (…) et c’est ainsi que nos arguments ont été approuvés par le secrétariat général des Affaires religieuses, nos arguments ont été saisis comme des arguments valables. En plus de cela, avec la personnalité du grand imam, il a approuvé nos arguments, parce qu’il a dit qu’il y a des risques »

Balla Yombouno 

Articles Similaires

GUINEE : au-delà de la religion, que peuvent apporter les intellectuels arabophones ?

LEDJELY.COM

« Alpha Condé demeurera en Guinée », persiste le CNRD

LEDJELY.COM

Secteur culturel: ce que ses acteurs attendent du CNRD

Ledjely.com

Guinée : la junte au pouvoir annonce que l’ancien président ne va pas sortir du pays

Ledjely.com

Consultations: Massoud Barry revient sur ses échanges avec le colonel Doumbouya  

Ledjely.com

POLITIQUE : Aliou Bah du MODEL, dans le gouvernement de transition ?

Ledjely.com
Chargement....