Ledjely.com
Accueil » Les groupes d’actions locales redynamisés pour contrer les rumeurs sur la COVID dans les communautés
Actualités Publireportage

Les groupes d’actions locales redynamisés pour contrer les rumeurs sur la COVID dans les communautés

Les groupes d’actions locales ont été formés sur la notion de rumeurs, de collecte des données et les messages clés à faire passer. 

Le 12 mars 2021, la Guinée a notifié son premier cas de COVID-19. Depuis, le virus est toujours présent et actif dans le pays. Mais les rumeurs sapant parfois les efforts déployés au quotidien pour contenir la propagation du virus dans le pays. C’est pourquoi, de juillet à décembre 2020, un projet financé par les fonds catalytiques de l’USAID et portant sur la gestion des rumeurs pour une riposte efficace à la COVID-19, à travers des Groupes d’Actions Locales (GAL), est en cours de mise en œuvre dans tout le pays.
Ce projet qui entre dans sa deuxième phase cette année, a débuté ses activités depuis une dizaine de jours par la redynamisation de ces GAL à travers des ateliers de formation qui se sont successivement tenus à Boké, Kindia, Labé, Kankan et N’zérékoré pour se terminer à Conakry.

@Saa Momory KOUNDOUNO
Les membres des GAL en formation à Labé

L’Objectif de ces ateliers est de remettre les GAL dans les dispositions de poursuivre les activités menées en 2020 et qui ont produit des résultats probants. Cette fois encore, l’implication de toutes les parties prenantes est requise pour aboutir aux résultats escomptés.
A l’occasion de la session de formation organisée à Labé, le 3 mai 2021, au nom du Représentant Résident de l’UNICEF en Guinée, Dr Demba Niang, Specialist gouvernance locale à l’UNICEF, dira que : « notre présence ici, s’inscrit dans le cadre de l’appui technique que l’UNICEF apporte au pays. Cet appui apporté pour briser la chaîne de contamination à la COVID-19 se poursuivra encore cette année avec le soutien de l’USAID. Ce soutien est prévu jusqu’au mois d’août prochain. Nous avons donc besoin de l’engagement de toutes les parties pour la réussite de cette mission qui consistera à accompagner et renforcer l’action de proximité dans le cadre de cette campagne de sensibilisation ».

@Saa Momory KOUNDOUNO Formation des membres des GAL à Conakry

Le choix des partenaires pour la mise en œuvre de ce projet est motivé par leur proximité avec les communautés à la base qui sont la cible de cette campagne de sensibilisation. Leur coopération et leur adhésion aux messages à l’occasion de cette campagne de sensibilisation communautaire sur la COVID-19, en passant par la lutte contre les rumeurs, sont des facteurs clé de réussite.

@Saa Momory KOUNDOUNO
Mohamed Sikhé Camara, Conseiller au Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation

Cette campagne vise donc entre autres, à faire passer les messages clés sur le coronavirus à travers les médias locaux, collecter les rumeurs malveillantes et les remonter vers le niveau central, renforcer le système de surveillance numérique utilisé par les GAL. Moussa Sacko, le Directeur national adjoint du Service National de l’Action Humanitaire (SENAH) a de ce fait rappelé aux participants, la nouvelle méthode de travail dans le cadre de cette deuxième phase du projet « cette sensibilisation s’est faite en 2020. Elle a connu des forces et des faiblesses. Les enseignements tirés seront capitalisés pour renforcer les acquis, notamment, la révision du système de remontée des rumeurs vers le niveau central qui sera désormais assurée par le niveau préfectoral ».

@Saa Momory KOUNDOUNO
Moussa Sacko, Directeur national adjoint du Service National de l’Action Humanitaire (SENAH)

Les différentes formations tenues dans tout le pays ont porté sur : la notion de rumeurs, les messages clés à faire passer et la collecte des données.
Ouvrant la session, le Chef de cabinet du gouvernorat de Labé a appelé les participants à cet atelier de formation à une implication effective pour que soient produits, les résultats escomptés. Elhadj Mamadou Sow a également demandé aux participants de restituer cette formation à la base « je demande à tout un chacun d’apporter sa contribution à la réussite de cette activité. La COVID-19 est une maladie qui préoccupe le monde entier. Il faudrait que nous la prenions très au sérieux pour la bouter hors de nos frontières avec l’appui des partenaires techniques et financiers. Je vous invite donc à démultiplier les enseignements reçus à l’issue de cette formation ».

Un appel entendu par les participants, qui, séance tenante, se sont engagés à partager les connaissances acquises avec les membres des GAL : « nous qui avons participé à cette séance de formation, prenons l’engagement de la démultiplier au bénéfice des autres membres des GAL. Nous réitérons également l’engagement d’être à la hauteur des attentes », dira Lancinè Sangaré, Secrétaire général des collectivités décentralisées de la préfecture de Labé, au nom des participants.

@Saa Momory KOUNDOUNO
Elhadj Mamadou Sow, Chef de cabinet du gouvernorat de Labé

Ces séances de formation tenues dans tout le pays ont connu leur épilogue à Conakry où elles ont regroupé les GAL des 5 communes de la ville de la capitale et ceux des préfectures de Dubréka et Forécariah.

Les autorités guinéennes qui caressent l’espoir de débarrasser leur pays de cette maladie, saluent la reconduction de ce projet pour cette année 2021 « cette deuxième phase qui a donc débuté pour 4 mois a déjà couvert toutes les préfectures du pays. A terme, nous devons parvenir à éradiquer définitivement la maladie. Mais pour cela, l’engagement communautaire doit être encouragé. La session de Conakry qui s’est tenue le vendredi, 7 mai 2021, constitue un passage important, car Conakry est le foyer le plus important en termes de présence et de circulation du virus. Durant la première phase du projet, l’engagement communautaire a permis d’obtenir d’excellents résultats en matière de riposte et de résilience contre la COVID-19. Donc aujourd’hui à travers les GAL, nous allons encore agir pour réduire l’impact des rumeurs qui constituent un goulot d’étranglement et participent au sein des communautés à la propagation de la pandémie », a déclaré Mohamed Sikhé Camara, au nom du Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation. Pour terminer, il a remercié l’UNICEF et l’USAID pour cette initiative.

@Saa Momory KOUNDOUNO
Lancinè Sangaré, Secrétaire général des collectivités décentralisées de la préfecture de Labé.

Après donc la première phase qui a connu un franc succès, cette deuxième phase semble déjà être sur la même voie de la réussite. Car, avec cette redynamisation des Groupes d’actions locales (GAL) grâce à l’appui technique de l’UNICEF qui a bénéficié de l’appui financier de l’USAID, les rumeurs qui sont un frein à la lutte et à l’investissement des communautés, seront atténuées pour un meilleur contrôle de la propagation de la pandémie dans le pays.

Saa Momory KOUNDOUNO

Articles Similaires

« Je n’ai pas accepté l’achat de conscience », assure Ibrahima Aminata Diallo, président sortant de la PJDD

LEDJELY.COM

SENEGAL : le président Macky Sall est-il en campagne électorale avant l’heure ?

LEDJELY.COM

KOUROUSSA : l’école primaire du district de Kato manque d’infrastructures

LEDJELY.COM

La préfecture de Coyah adopte son budget prévisionnel de l’année 2021

LEDJELY.COM

SPPG : Sékou Jamal Pendessa et son équipe prennent fonctions

LEDJELY.COM

KINDIA : à dix ans, il “noie” sa demi-nièce de deux ans…

LEDJELY.COM
Chargement....