Ledjely.com
Accueil » Comment Conakry se prépare à la hausse du prix du carburant ?
A la uneActualitésSociété

Comment Conakry se prépare à la hausse du prix du carburant ?

Qu’elles soient fondées ou non, les rumeurs faisant état d’une revalorisation du prix du carburant à la pompe affectent la vie des citoyens de la capitale guinéenne. Ainsi, depuis ce dimanche 30 mai, les gérants se livrant à la spéculation, le carburant devient une denrée rare dans les stations d’essence. Ce qui, se répercutant sur la circulation, provoque une pénurie de taxis au niveau des principaux carrefours de la capitale guinéenne en ce lundi, début de la semaine. Et ce sont les usagers, pressés de rejoindre leurs services respectifs qui en paient les frais.

D’abord, au grand rond-point de Sanoyah-km36, les usagers se marchent littéralement dessus. Quand un taxi fait signe de garer, cela génère tout de suite une bagarre et des empoignades dignes des plus féroces batailles. Tout le monde étant impatient, les femmes ne peuvent même pas profiter de la galanterie et de la bienveillance qu’on leur témoigne en d’autres circonstances. De fait, les taxis ne garent qu’au compte-gouttes. Et quand on en trouve, la plupart des chauffeurs prétendent se limiter à Enta ou Sangoyah. Alors que la quasi-totalité des chauffeurs vont jusqu’à Madina ou même à Kaloum. C’est le fameux morcellement des tronçons qui commence.  Conséquence de tout cela, en ce lundi matin, le trajet Sanoyah-Km36 est inhabituellement fluide.

Au carrefour Dabompa, les images de ce matin contrastent tout aussi avec celles des jours ordinaires. En effet, aucun bouchon où on passe habituellement une trentaine de minutes à suffoquer dans l’habitacle chaud des taxis de Conakry. Cette fois, ce sont les passagers qui sont en surnombre. Les seuls ralentissements que l’on peut noter sont au niveau de Enta. Mais là également, le problème vient des travaux routiers. Et c’est le même constat qui s’offre au carrefour de Sangoyah et aux ronds-points de Matoto et de la Tannerie. Partout des visages d’usagers impatients et préoccupés.

Seul le rond-point de Cosa, avec son embouteillage monstre, affiche une image des jours ordinaires. Mais une fois qu’on l’a traversé, on est tout de suite saisi par la marée de taxis jaunes autour de la station Total. Dans le brouhaha indescriptible provoqué par les klaxons stridents des véhicules et les cris de ceux qui veulent être servis via leurs bidons jaunes, difficile de distinguer ce qui se dit.

Pourtant, le prix du litre du carburant n’a pas encore augmenté. « J’ai acheté le litre, comme d’habitude, à 9000 GNF », confie un chauffeur de taxi. Mais, explique un conducteur de taxi-moto : « les gens ont peur et viennent donc prendre le plein, parce qu’on a appris ici qu’ils vont annoncer l’augmentation ce soir ».

Balla Yombouno

Articles Similaires

Retrait des agréments des médias : « La mesure ne constitue pas une entrave à la liberté de la presse »

LEDJELY.COM

Guinée : ABLOGUI lance son application GquiOse dédiée à la santé reproductive

LEDJELY.COM

Santé : la Guinée signe le plan d’adhésion pour l’indépendance vaccinale

LEDJELY.COM

Santé et droits sexuels reproductifs des adolescents : Plan International Guinée travaille à l’engagement de toutes parties prenantes

LEDJELY.COM

Présentation de politique générale du Gouvernement : le Premier ministre attendu ce lundi devant le CNT

LEDJELY.COM

Culture : le ministre Moussa Moïse Sylla signe une convention de management en vue de la relance des ballets africains de Guinée

LEDJELY.COM
Chargement....