Ledjely.com

Accueil » TÉMOIGNAGE. « J’ai décidé de ne plus fumer », après quatorze ans de consommation de tabac !
A la une Actualités Santé Société

TÉMOIGNAGE. « J’ai décidé de ne plus fumer », après quatorze ans de consommation de tabac !

Ce lundi 31 mai 2021, l’humanité a célébré la Journée mondiale sans tabac. Une nième occasion, depuis 1987, pour les organismes sanitaires d’interpeller sur les conséquences néfastes du tabagisme, dont les maladies qu’elles causent font plus de 8 millions de morts chaque année dans le monde. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 7 millions d’entre eux sont des consommateurs ou d’anciens consommateurs, et environ 1,2 million des non-fumeurs involontairement exposés à la fumée. C’est aussi l’occasion d’accompagner les fumeurs dans leur sevrage.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que certains parviennent à reprendre leur vie en main. Car, même si les consommateurs, qui sont pour la plupart des jeunes, continuent de se livrer à ce travers social, certains parviennent donc à sortir de cette dépendance fatale. Le thème de cette année est d’ailleurs intitulé : « S’engager à arrêter ». Pour certaines personnes, la consommation de tabac a longtemps fait partie de leur vie ; avant de décider un jour de tout arrêter. C’est le cas de Mamadou*, Guinéen, âgé de 29 ans qui réside actuellement au Sénégal.

Au téléphone du Djely, il raconte comment il a commencé à fumer de la cigarette ; alors qu’il n’était qu’un jeune adolescent. Selon lui, sa rencontre avec le tabac a commencé par des commissions en 2007 que des aînés lui faisaient. C’était dans son village natal, quelque part dans la préfecture de Pita, en Moyenne-Guinée. Tout juste âgé de 15 ans ! « Les gens me commissionnaient pour acheter la cigarette pour eux. Ils fumaient et jetaient le reste. Et moi j’en ramassais pour mettre dans ma bouche. Même si on me voyait avec de la cigarette, à mon âge, les gens ne pouvaient pas imaginer que j’avais commencé à fumer. Durant 10 ans j’ai fumé en cachette. J’ai vécu pendant 3 ans avec mon grand-frère ; de 2010 à 2013, on a dormi dans le même lit. Il ne m’a jamais vu fumer, mais des gens le lui ont rapporté. Ma mère, c’est une seule fois qu’elle m’a vu avec une cigarette en main. C’était lors d’un séjour en Guinée en 2015. Mais la cigarette n’était pas allumée. Je ne sais pas si elle a fait le rapprochement ou pas, mais on en a jamais parlé, vu le respect mutuel qu’il y a entre nous », raconte-t-il.

Fumer coûte cher

Selon le jeune homme, l’addiction au tabac a un impact considérable sur le revenu, à côté des conséquences sanitaires néfastes. Dans son cas, il essayait tant bien que mal à maîtriser le coût économique de son addiction. « Avant, le paquet de vingt cigarettes était de l’ordre de 600 FCFA. Il est à 700 FCFA depuis deux ans, soit plus de 12 000 francs guinéens. Imaginez ce que ça m’aurait apporté en terme d’économie durant ces 14 dernières années », dit-il non sans regret, d’autant que depuis qu’il gagne son pain en 2012, il fumait « 20 à 30 cigarettes par jour ».

Mais à l’en croire, depuis le 18 avril dernier, en plein mois de ramadan, il a décidé de mettre fin à sa consommation de tabac, plus précisément sa marque préférée « Excellence », qu’il aimait tout particulièrement à cause de sa « teneur élevée en goudron ». « Ce soir-là, j’étais sur le point de me coucher quand j’ai allumé une cigarette pour fumer. Mais je l’ai aussitôt éteinte et jetée. Depuis lors, j’ai décidé de ne plus fumer. Et ça fait exactement, ce lundi 31 mai, un mois et 13 jours que je n’ai pas touché à la cigarette », raconte-t-il, plutôt heureux d’avoir obtenu un tel résultat, après « plusieurs tentatives infructueuses ».

Appel au renoncement à la consommation de tabac

Convaincu que sa consommation de tabac fait désormais partie du passé, l’ancien fumeur appelle à toutes personnes, dépendantes ou non, à renoncer à la cigarette. « Pour arrêter la cigarette, il faut avoir une décision ferme. Parce que, au début, quand on reste sans fumer de la cigarette, on peut se sentir faible, avoir tout le temps sommeil, ou des maux de tête pour certains. Moi, personnellement, si je ne fumais pas je devenais nerveux. Mais aujourd’hui, je ne fréquente même plus les fumeurs parce que quand quelqu’un fume près de moi, j’ai des maux de tête », assure Mamadou*.

* Identité volontairement changée pour préserver l’anonymat de l’intervenant

Hawa Bah

Articles Similaires

GUINEE : au-delà de la religion, que peuvent apporter les intellectuels arabophones ?

LEDJELY.COM

« Alpha Condé demeurera en Guinée », persiste le CNRD

LEDJELY.COM

Secteur culturel: ce que ses acteurs attendent du CNRD

Ledjely.com

Guinée : la junte au pouvoir annonce que l’ancien président ne va pas sortir du pays

Ledjely.com

Consultations: Massoud Barry revient sur ses échanges avec le colonel Doumbouya  

Ledjely.com

POLITIQUE : Aliou Bah du MODEL, dans le gouvernement de transition ?

Ledjely.com
Chargement....