Ledjely.com

Accueil » PROCÈS EN APPEL DE FONIKÉ MENGUÈ : le verdict attendu le 10 juin prochain
A la une Actualités Guinée Justice Politique

PROCÈS EN APPEL DE FONIKÉ MENGUÈ : le verdict attendu le 10 juin prochain

Le procès en appel de l’activiste de la société civile, Oumar Sylla alias Foniké Menguè, tire vers sa fin. Les débats ont pris fin ce jeudi 3 juin à la Cour d’appel de Conakry avec les réquisitoires et plaidoiries. Le responsable de la mobilisation du FNDC sera fixé sur son sort le 10 juin prochain.

Oumar Sylla est poursuivi par le parquet de Dixinn dans deux affaires. La première pour des faits de ‘’provocation directe à un attroupement non armé suivi d’effet sur le fondement de l’article 632 du Code pénal. Dans la seconde, il est reproché à Fonikè Menguè des faits de communication et divulgation de fausses informations ; menaces notamment de violence ou de mort sur le fondement de l’article 519 du code pénal et de l’article 28 et 31 de la loi L/2016/037/AN du 28 juillet 2016 relative à la cybersécurité et protection des données à caractère personnel”. Le ministère public a demandé et obtenu la jonction des deux affaires au cours de l’audience du jour.

Dans ses réquisitions, le ministère public a demandé à la cour de condamner Foniké Menguè à deux ans d’emprisonnement ferme et au paiement d’une amende de 20 millions de francs guinéens.

Pour la défense, Oumar Sylla est innocent et pense que ce procès relève du harcèlement judiciaire. Me Mohamed Traoré, l’un des avocats de l’activiste, soutient qu’il n’y a eu ni de menaces encore moins d’attroupements, en précisant que le prévenu a été arrêté seul. « Les infractions qui lui sont reprochés à savoir la menace, la provocation, les attroupements non armés en tout cas les débats à la barre ont démontré que ces infractions n’existent pas. Il s’agit seulement d’un harcèlement judiciaire dont Monsieur Oumar Sylla est victime. Et nous pensons que la cour va le rétablir dans ses droits en le relaxant purement et simplement pour l’infraction pour laquelle il a été condamné et en confirmant la décision de relaxe qui a été rendu en sa faveur à Dixinn », a déclaré le conseil.

Plus loin, il précise que l’essentiel n’est pas de présenter des réquisitoires, il faudrait s’appuyer sur des faits précis. « Le procureur n’a pas pu démontrer ces faits parce qu’il a parlé de menaces mais il n’a pas indiqué les personnes qui ont été menacées. Or, en matière de menaces, il faut qu’une personne déterminée soit visée. Personne n’est venue à la barre ici pour dire qu’elle a été visée par Oumar Sylla », a-t-il souligné, assurant que le droit est du côté de son client. « Si Monsieur Oumar Sylla est condamné le 10 juin, ça sera sur la base de considération qui n’a rien à avoir avec le droit », a insisté Me Mohamed Traoré.

Appelé à la barre, Foniké Menguè a déclaré qu’il est tout simplement victime d’un acharnement. Ce, à cause de sa lutte contre le troisième mandat du président Alpha Condé. « Je suis victime d’un acharnement politico-judiciaire à cause de mon opposition au projet de troisième mandat (…) Je vous prie de dire le droit rien que le droit », a-t-il plaidé auprès du tribunal.

Balla Yombouno

Articles Similaires

GUINEE : au-delà de la religion, que peuvent apporter les intellectuels arabophones ?

LEDJELY.COM

« Alpha Condé demeurera en Guinée », persiste le CNRD

LEDJELY.COM

Secteur culturel: ce que ses acteurs attendent du CNRD

Ledjely.com

Guinée : la junte au pouvoir annonce que l’ancien président ne va pas sortir du pays

Ledjely.com

Consultations: Massoud Barry revient sur ses échanges avec le colonel Doumbouya  

Ledjely.com

POLITIQUE : Aliou Bah du MODEL, dans le gouvernement de transition ?

Ledjely.com
Chargement....