Ledjely.com

Accueil » « Je n’ai pas accepté l’achat de conscience », assure Ibrahima Aminata Diallo, président sortant de la PJDD
Actualités Politique Société

« Je n’ai pas accepté l’achat de conscience », assure Ibrahima Aminata Diallo, président sortant de la PJDD

En marge de la présentation du bilan de ses quatre années d’exercice à la tête de la Plateforme des jeunes leaders pour la démocratie et le développement (PJDD), le 9 juin dernier, Ibrahima Aminata Diallo est revenue sur les difficultés qu’il a rencontrées dans les démarches de son organisation visant à promouvoir des manifestations pacifiques sur l’axe Hamdallaye-Kagbelin, bastion imprenable de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG).

En prélude au congrès de la PJDD, prévu le 15 juin prochain, M. Diallo a confié que la principale difficulté qu’il a eue était en lien avec sa présumée connivence avec le gouvernement. Cependant, même s’il ne nie pas des tentatives de la mouvance présidentielle de le détourner des « valeurs » de l’organisation, il dit céder sa place la conscience tranquille, et appelle son successeur à l’emboiter le pas.

« Les difficultés, c’étaient que nous sommes dans un pays où soit vous êtes de la mouvance ou de l’opposition, et nous nous étions dans un fief de l’opposition, vouloir parler de non violence dans une zone de ce genre, c’est pas évident. On va penser que vous avez été achetés, vous avez reçu de l’argent du gouvernement, mais nous sommes restés sereins parce que notre conscience est tranquille. Nous avons défini notre ligne de conduite en disant que nous ne sommes alignés ni derrière l’opposition, ni derrière la mouvance, mais nous sommes prêts à soutenir toute revendication qui correspond à nos valeurs. Ce qui fait que moi qui étais à la tête de l’organisation, il y a eu beaucoup d’avance, ils m’ont proposé beaucoup de choses. Mais je n’ai pas accepté l’achat de conscience, j’ai refusé catégoriquement ! Contre vents et marées, je suis restée constant, et j’inviterai mon successeur à faire mieux que moi. Qu’il défende des valeurs, et non un camp ou son petit intérêt. Je vais également profiter pour rappeler que la société civile est une vocation et non une profession », a t-il conclu.

Hawa Bah

Articles Similaires

« Pourquoi ils nous ont violées… », une victime témoigne à visage découvert

LEDJELY.COM

SIGUIRI : un détenu se donne la mort par pendaison

LEDJELY.COM

REOUVERTURE DES CLASSES : le casse-tête des parents d’élèves

LEDJELY.COM

GUINEE : le Président, le fils prodige et la chute inattendue

LEDJELY.COM

CARBURANT : la baisse ne se répercute pas encore sur le transport

LEDJELY.COM

GUINEE : Douze ans après le massacre du stade, encore plus d’incertitude pour la justice suivant le récent coup d’État

LEDJELY.COM
Chargement....