Ledjely.com

Accueil » Gouverner par constat, la méthode Alpha
A la une Actualités Guinée Politique Tribune

Gouverner par constat, la méthode Alpha

Bien des domaines du bilan de la gouvernance de Alpha Condé sont critiquables. Ses opposants ne ratent d’ailleurs aucune occasion pour égruger les revers et échecs des différents gouvernements sous la houlette du président-professeur.

Mais pour de nombreux observateurs, l’un des péchés (mignon ou capital) de Alpha est de ne pas savoir imprimer le tempo à ses collaborateurs, dicter une conduite saine et cohérente, dans son rôle de chef d’orchestre. Ses communications bricolées, qui manquent de solennité, en disent long sur son amateurisme quant à la méthode. Sous d’autres cieux, la gouvernance est voulue prévoyante, active et responsable. Pour Alpha, il faut constater et laisser faire pour encore constater et parfois dénoncer pour s’incriminer.

Durant le premier quinquennat de son magistère à la tête de la Guinée, son dada pour assoupir les esprits non critiques était de faire porter la responsabilité de la faillite du système de gouvernance à ses adversaires politiques. Presque tous ses discours, pour ne pas dire tous, s’échinaient à présenter les anciens dignitaires du régime de Lansana Conté comme les véritables artisans de la descente aux enfers des Guinéens. Poussant le bouchon jusqu’à insinuer que le manque d’un certain niveau de formation de feu Lansana Conté permettait qu’il soit berné par ses collaborateurs. Lui le sorbonnard ne peut être trompé par aucun de ses ministres ou cadres, tiens !

Pour le deuxième quinquennat, la recette payante était de vendre du rêve et des utopies aux Guinéens avec des approximations dignes d’une scène de comédie. Une usine de livres un jour pour parler d’imprimeries, une usine de canne à sucre un autre jour et… La construction des arbres à inscrire la constitution. Même le Parlement du rire du célèbre Mamane ne peut offrir mieux comme hilarité.

Ayant obtenu une prolongation de son bail, aux forceps en 2020, avec ses fameuses constitutions (celle présentée à l’opinion pour adoption est différente de celle adoptée et de celle promulguée), sa nouvelle trouvaille et de se défausser sur sa propre équipe de Ministres et de cadres. Il n’est plus ce Président hautement diplômé pour ne pas se laisser berner. Les autres ne font pas le boulot qu’il veut, c’est là la raison des échecs et approximations de sa gouvernance.

Lors du lancement des travaux de l’atelier national de validation du programme de réformes institutionnelles et de modernisation de l’administration publique, Alpha Condé déclare : « Nous voulons passer d’une administration de type patrimonial à une administration nouvelle fondée sur le service du citoyen« , dénonçant par la même occasion ce qu’il a appelé « une carence généralisée de l’appareil d’Etat et l’inefficacité de l’administration » pour justifier la création, le 14 février 2021, du Haut-commissariat à la réforme de l’Etat et à la modernisation de l’administration. Il lui aura fallu 10 ans à la tête de l’Etat guinéen pour s’en rendre compte et lancer son concept de Gouverner autrement, qui, à bien observer revient à faire des tournées dans les Ministères pour arracher des télés dans les bureaux des fonctionnaires.

Son premier Ministre, lors de son discours de politique générale à la représentation nationale ne faisait que dans le sillage de son boss en affirmant que l’état de nos routes nationales constitue, une honte. Plus de 10 ans de gouvernance et d’investissements financiers énormes, de l’avis mêmes des adversaires politiques du PRAC, pour constater que nos routes sont tout sauf ce qu’elles auraient dû être, au point de constituer une honte nationale. Et il (le PM) a enfoncé le clou en affirmant que le Président lui-même ne connaît pas l’auteur de l’ordre de casser des maisons dans Conakry et ses environs. Encore un constat. Pour l’action, revenez après.

Et pour tous ces constats, la recette n’est pas d’agir mais dénoncer pour se défausser. Les actions se font attendre et les sanctions pour les défaillances observées sont de l’ordre des coups d’éclats. Comme un navigateur perdu en mer qui pointe un doigt accusateur sur ses instruments de gouvernail. Sans une destination connue de son équipage, Alpha Condé brevète sa méthode, gouverner en constatant. Ce que tout citoyen sait faire et en mieux.

Simon Camara

Articles Similaires

« Pourquoi ils nous ont violées… », une victime témoigne à visage découvert

LEDJELY.COM

SIGUIRI : un détenu se donne la mort par pendaison

LEDJELY.COM

REOUVERTURE DES CLASSES : le casse-tête des parents d’élèves

LEDJELY.COM

GUINEE : le Président, le fils prodige et la chute inattendue

LEDJELY.COM

CARBURANT : la baisse ne se répercute pas encore sur le transport

LEDJELY.COM

GUINEE : Douze ans après le massacre du stade, encore plus d’incertitude pour la justice suivant le récent coup d’État

LEDJELY.COM
Chargement....