Ledjely.com

Accueil » LEGA BAH/SORYA BANGOURA : Sékou Koundouno dénonce le deux poids deux mesures
Actualités Guinée Justice Politique Tribune

LEGA BAH/SORYA BANGOURA : Sékou Koundouno dénonce le deux poids deux mesures

Alors que la divulgation du mandat d’arrêt décerné à son encontre fait parler à Conakry, Sékou Koundouno, lui, préfère s’intéresser à autre chose. Prêt à dégainer à la moindre faille de la part des autorités guinéennes, il dénonce cette fois le deux poids deux mesures dont, selon lui, la police guinéenne  se rend coupable dans la sanction de la violation des mesures sanitaires édictées à la suite de la Covid-19. Les principes sont appliqués en fonction de la couleur politique de ceux qui sont en conflit avec la loi, dit-il. Il en veut pour preuve les sorts respectivement réservés d’une part à Léga Bah, la chanteuse, et de l’autre à Sorya Bangoura, de l’UFDG. La première, interpellée en fin de semaine dernière dans un espace culturel de la place, en violation du couvre-feu et des dispositions anti-regroupement humain, a été placée sous contrôle judicaire.  Le second, lui aussi, arrêté pour les mêmes raisons, a été déféré et est encore en détention. Pour Sekou Koundouno, l’explication des traitements différenciés réservés à l’une et à l’autre réside dans le fait que l’artiste avait accompagné le troisième mandat, alors que Sorya, lui, s’y était opposé farouchement. Et c’est la preuve, dit-il dans la tribune ci-dessous, que la justice guinéenne n’est pas indépendante. 

Le principe de l’égalité des citoyens devant la loi est l’un des piliers de l’État de droit. Mais en Guinée, tous les citoyens ne sont pas égaux ; il y en a qui sont « plus égaux que d’autres ». Selon qu’on est une chanteuse ayant soutenu le troisième mandat ou membre d’un parti politique de l’opposition, l’on est traité différemment devant la loi.

Quand l’une s’appelle Léga Bah et l’autre Sorya Bangoura et qu’ils ont été arrêtés pour violation du couvre-feu, la loi s’applique différemment.

En effet, la chanteuse Léga Bah surnommée  » la légaliste » a été arrêtée la semaine passée d’après la police pour violation du couvre-feu. Elle aurait été conduite en compagnie d’autres personnes au commissariat central de police de Ratoma. C’est à partir de la qu’elle a été placée sous contrôle judiciaire, étonnamment, par la police elle-même. Dans les annales de la justice, c’est la première fois que la police place sous contrôle judiciaire. Légalement, cette compétence relève de la justice. Et pire, elle n’a même pas été déférée contrairement aux autres.

Quelques jours auparavant, un responsable politique de l’UFDG, M. Sorya Bangoura a été arrêté pour les mêmes motifs et aussitôt placé en détention provisoire. Il est contraint d’attendre la fin des vacances judiciaires pour être jugé alors que d’autres personnes poursuivies pour les mêmes faits ont été aussitôt jugées. Lorsqu’on parle de la justice guinéenne, on est traité de  » contempteurs zélés » par les perroquets du pouvoir. Certains d’entre eux claironnent à longueur de journée que la justice est indépendante. Voilà une autre preuve de la fausseté de cette assertion.

Articles Similaires

N’ZEREKORE : un ancien ministre defeu général Lansana Conté, comparaît pour violences, coups et blessures

Ledjely.com

MINISTERE DE LA COMMUNICATION : Adèle Camara fixe ses priorités

Ledjely.com

FEGUIFOOT : Thierno Saidou Diakité, entre satisfaction et regret après la mise en place du CONOR

Ledjely.com

Analyse des premières mesures économiques annoncées par le gouvernement

LEDJELY.COM

Les bases de la future société guinéenne, d’après l’analyste Amadou Sadjo Barry

LEDJELY.COM

Retour des biens culturels spoliés en Afrique (…) quelle partition pour la Guinée ?

Ledjely.com
Chargement....