Ledjely.com
Accueil » MASSACRE DE ZOGOTA: la décision de la cour de justice de la CEDEAO pas encore exécutée
Afrique Guinée Justice

MASSACRE DE ZOGOTA: la décision de la cour de justice de la CEDEAO pas encore exécutée

Le 10 novembre 2020, l’Etat guinéen a été condamné par la cour de justice de la CEDEAO à payer plus de quatre milliards quatre cent millions de francs guinéens. Ceci, en réparation aux victimes des massacres de Zogota. Si cette sentence constitue pour les victimes  un soulagement, il faut noter un  retard dans l’exécution de cette décision judiciaire.

L’Etat guinéen disposait de six mois pour payer cette somme aux victimes. Et à date, selon Maître Foromo Frédéric Loua, les victimes sont toujours dans l’attente d’une réparation. « Nous attendons que l’Etat s’exécute et même le délai qui lui a été imparti de six mois, l’Etat n’a pas respecté. Ce qui nous a permis de saisir la commission de la CEDEAO pour attirer son attention sur le refus de la Guinée d’exécuter la décision prononcée contre elle par la cour de justice de la CEDEAO dans le cadre de la violation des droits de l’homme survenus dans la nuit du 02 au 03 août à Zogota ».

Quant à la possibilité de faire pression sur la Guinée pour payer cette somme, Maître Loua explique que : « ce sont des contacts diplomatiques. On ne sait pas où est ce qu’ils en sont et quelle est l’évolution de la situation ». Toutefois, la commission ayant obligation de s’assurer de l’exécution des décisions de la cour dans l’espace de la CEDEAO aura été saisie par l’avocat.

Le   massacre de Zogota s’est déroulé dans la nuit du 3 au 4 août 2012 dans le gisement de fer de la chaîne du Simandou, dont l’exploitation avait été attribuée à BSG-R, une société dirigée par Beny Steinmetz, associée au géant brésilien du fer Vale. Six villageois avaient été tués et plusieurs autres ont été blessés, des cases incendiées et des habitants soumis à des actes de torture. L’arrêt de la cour de justice de la CEDEAO prononcé le 10 novembre déclarait la Guinée coupable de violation du droit à la vie, du droit de ne pas être soumis à la torture et du droit à un recours effectif notamment.

Elisabeth Zézé Guilavogui

 

Articles Similaires

MALI : l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta est mort

LEDJELY.COM

LITTERATURE : la journaliste Kadiatou Kaba présente son livre ‘’Cœur meurtri’’

LEDJELY.COM

Voir la crise malienne au-delà des “lunettes” de la CEDEAO (Aliou Bah)

LEDJELY.COM

Lansana Kouyaté « n’en a rien à faire » du CPP

LEDJELY.COM

RENCONTRE ENTRE LE CNRD ET LA CLASSE POLITIQUE : les précisions d’Aliou Condé de l’UFDG…

LEDJELY.COM

LANSANA KOUYATÉ APRÈS LA RENCONTRE AVEC LE COLONEL MAMADI DOUMBOUYA : « Je sors ravi, parce que tout progrès a un début »

LEDJELY.COM
Chargement....