Ledjely.com

Accueil » Jeunesse guinéenne, entre jalousie et égoïsme ?
Actualités Guinée Politique Tribune

Jeunesse guinéenne, entre jalousie et égoïsme ?

Avec une population de plus de 75% de moins de 40 ans, la jeunesse ne devrait pas être l’avenir de la Guinée, mais plutôt son présent. Chaque pays mérite un dirigeant à l’image de son peuple, un dirigeant qui comprend la pensée et la volonté du peuple dans sa majorité. Donc, il est évident que la Guinée a besoin d’une nouvelle classe dirigeante majoritairement jeune pour un développement radieux et harmonieux. Toutefois, dans les faits, force est de constater que le pays est encore dirigé par une classe vieillissante, et que le rôle de la jeunesse dans la vie de la nation reste incertain, même dans les moyen et long terme.

Au cours des dernières décennies, les jeunes cadres ont constitué une denrée rare dans les sphères de décision en Guinée. Les ministres les plus jeunes étaient au-delà de 40 ans. Quant aux partis politiques, la majorité des leaders sont au-delà de 60 ans. Ainsi, on peut se demander pourquoi la jeunesse qui est pourtant majoritaire est absente au niveau du leadership dans le pays.

Avec l’arrivée du colonel Mamady Doumbouya à la tête du pays, l’espoir pour une gouvernance plus rajeunie devrait se dessiner. Mais à constater les réactions de la jeunesse à ce coup de force du CNRD, on pourrait affirmer qu’une sorte de jalousie ou d’égoïsme existerait entre les jeunes guinéens. Concernant le choix d’un premier ministre de transition par exemple, les jeunes guinéens ne proposent que des personnes à la retraite ou des cadres au-delà de 50 ans qui sont en fin de carrière. Pourtant, il existe bel et bien des jeunes leaders guinéens qui ont fait leurs preuves sur les plans d’engagement citoyen et professionnel. S’il existe des jeunes présidents et premiers ministres de moins de 40 ans dans beaucoup de pays, y compris en France, pourquoi la jeunesse guinéenne semble-t-elle préférer des vieux cadres à la retraite au détriment d’elle-même pour diriger un gouvernement de transition malgré le fait que le président de la transition soit relativement jeune? Pourquoi les jeunes guinéens ne se soutiennent pas dans cette lutte? Pourquoi Assistons-nous à des bisbilles dans lesquelles chacun pense être le meilleur choix ou à défaut que c’est mieux que ce soit un ancien.

Il est temps pour la jeunesse guinéenne d’être objective en regardant le profil, l’engagement et la moralité des jeunes qui se distinguent, afin de les soutenir pour occuper les hautes fonctions de la nation. Avec un jeune premier ministre, la chance de voir plusieurs ministres ou directeurs jeunes est plus grande. Cette transition doit être une transition de jeunes afin de tenir compte des aspirations des masses jeunes du pays. L’ère du digital rime avec la gouvernance des jeunes. C’est aux jeunes de se mettre ensemble pour réussir, ou de continuer la jalousie et périr en laissant la place aux dinosaures qui ont plus de souvenir que d’avenir. L’avenir nous en dira!

Elhadj Mory Kake

Articles Similaires

N’ZEREKORE : un ancien ministre defeu général Lansana Conté, comparaît pour violences, coups et blessures

Ledjely.com

MINISTERE DE LA COMMUNICATION : Adèle Camara fixe ses priorités

Ledjely.com

FEGUIFOOT : Thierno Saidou Diakité, entre satisfaction et regret après la mise en place du CONOR

Ledjely.com

Analyse des premières mesures économiques annoncées par le gouvernement

LEDJELY.COM

Les bases de la future société guinéenne, d’après l’analyste Amadou Sadjo Barry

LEDJELY.COM

Retour des biens culturels spoliés en Afrique (…) quelle partition pour la Guinée ?

Ledjely.com
Chargement....