Ledjely.com
Accueil » ABDOULAYE SOW : « Seule la CNTG soutenait le prélèvement des 5 % »
A la uneActualitésEconomieGuinéeSociété

ABDOULAYE SOW : « Seule la CNTG soutenait le prélèvement des 5 % »

Dans un communiqué rendu public dans la soirée de ce mardi 14 septembre 2021, le Comité national pour le rassemblement et le développement (CNRD) a annoncé l’abrogation de la mesure de prélèvement des 5% des salaires de fonctionnaires, entrée en vigueur le mois dernier. La mesure, quoiqu’impopulaire, avait été justifiée par la nécessité de cotisation à la caisse de l’Institut national d’assurance maladie obligatoire (INAMO). Eh bien, au lendemain de son abrogation, Abdoulaye Sow, le secrétaire général de l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG) dit s’en féliciter. D’autant que, selon lui, des douze centrales syndicales du pays, seule la CNTG de Amadou Diallo avait approuvé ce prélèvement.

Sur le fond, ce n’est pas que la décision de prélèvement de 5 % des salaires des fonctionnaires pour renflouer la caisse de l’INAMO soit dénuée de sens. Mais les « préalables n’étaient pas remplis », dit Abdoulaye Sow.  En guise d’illustration, explique-t-il : « si vous prenez un enseignant d’un village reculé de la région forestière, il ne lui était pas dit s’il tombe malade, comment est-ce qu’on le prendrait en charge, où devait-il se procurer les médicaments ». Sur le terrain, les conditions de mise en œuvre effective de l’assurance-maladie n’étaient pas réunies. Il n’était donc pas certain que les montants qu’on prélèverait des salaires des uns et des autres serviraient effectivement à ce pour quoi ils ont été collectés.

A cela vient s’ajouter l’opportunité. « N’oubliez pas que la mesure est arrivée au lendemain de la hausse du prix du carburant à la pompe », rappelle le secrétaire général de l’USTG. D’une part, on met les citoyens dans une situation où ils doivent davantage dépenser. De l’autre, on réduit leur revenu. « Ce n’était pas tenable », estime Abdoulaye Sow. Qui s’empresse de préciser que « seule la CNTG a accompagné la mesure ». Alors que le pays compte jusqu’à 12 centrales syndicales, seule la Confédération nationale des travailleurs de Guinée se serait donc associée à la décision du gouvernement. Certes, une tournée de consultation des fonctionnaires avait été organisée à l’intérieur du pays. « Mais au lieu de rencontrer les fonctionnaires, on a réuni des gens tirés de nulle part pour faire un rapport qui a ensuite été déposé auprès du gouvernement », dit encore Abdoulaye Sow.

Mais aux yeux du syndicaliste, la CNTG n’est pas coupable que de son accompagnement de la décision de prélèvement des 5 %. C’est également elle, dit-il, à travers la Fédération syndicale des transporteurs et mécanique générale de Guinée, qui avait soutenu la hausse du prix du carburant. Une attitude paradoxale qu’il explique par le fait que « la CNTG était en accointance avec le pouvoir ». « Ce sont eux qui étaient proches du pouvoir. Pour preuve, quand on devait aller à l’étranger, ils étaient financés par le gouvernement », révèle Abdoulaye Sow.

Nous avons tenté de joindre Amadou Diallo pour sa réaction à cette accusation. Mais en vain

Ledjely.com

Articles Similaires

Me Jocamey Haba : « Le président Dadis a été inculpé pour des raisons politiques »

LEDJELY.COM

Coyah : un camion se renverse au milieu de la chaussée et perturbe la circulation

LEDJELY.COM

Fermeture des médias : Bah Oury pas disposé à « s’engager sur la voie de la levée de la décision »

LEDJELY.COM

Diécké : un vendeur de carburant accuse des agents de la SONAP de tentative de rançon

LEDJELY.COM

RAVEC, fichier électoral : Bah Oury sème la confusion

LEDJELY.COM

Konta : une délégation ministérielle sur le site de construction de l’usine de fabrication de bouteilles de gaz

LEDJELY.COM
Chargement....