Ledjely.com
Accueil » Dépôt du mémo de l’USTG: les vérités du syndicaliste Aboubacar Sidiki Mara
Actualités Guinée Société

Dépôt du mémo de l’USTG: les vérités du syndicaliste Aboubacar Sidiki Mara

http://afrique-infos.com/2021/08/05/maroc-vainqueur-championnat-afrique-sambo/

Aboubacar Sidiki Mara, secrétaire général adjoint de l’USTG, a en marge de la cérémonie de dépôt du mémorandum de l’union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG)   attiré l’attention du secrétaire général du ministère de la fonction publique sur le licenciement arbitraire des travailleurs guinéens notamment dans le secteur privé. Il cite le cas de l’hôtel Sheraton en octobre 2020,  tout en pointant un   doigt accusateur  l’inspecteur général du travail Alia Camara.

 Les syndicalistes sont  venus dit-il plusieurs fois se plaindre. Le cas de l’hôtel Sheraton constitue aujourd’hui une particularité de toutes les situations  présentées au département. « Aujourd’hui c’est devenu un crime d’être syndicaliste dans les entreprises. On aurait voulu qu’Alia Camara soit avec nous, mais nous n’avons pas raté l’occasion.  Parce que ça sera la première fois pendant le règne de Doumbouya que le syndicat décidera d’aller en grève mais pour dénoncer les attitudes d’  Alia Camara. Nous avons été trop victimes.  Il compte envoyer une équipe à Mandiana pour une élection le 05 octobre.  L’équipe va pour exclure les guinéens, faire voter les chinois. Il y a trois mois, nous étions venus porter l’information à la direction, Alia veut persister et je le dis devant la presse, tant qu’il ne reculera pas, nous ne reculerons pas, nous resterons sereins sur notre position, il veut le faire. On a voulu porter l’information au département parce que le pays traverse des moments très critiques. Nous ne voulons pas de problème en ce moment».

Aux dires d’Aboubacar Sidiki Mara, des employés ont été arbitrairement licenciés à l’hôtel Sheraton juste pour un pot de fleurs. Aujourd’hui,  leurs familles n’arrivent plus à vivre et c’est l’inspecteur général du travail qui a ordonné leur licenciement. «   Nous profitons de l’occasion pour vous dire que si rien n’est fait au niveau de l’administration générale, le syndicat prendra sa responsabilité.  Ce n’est pas un crime d’être syndicaliste, mais  nous avons comme l’impression qu’Alia est nommé uniquement contre les syndicalistes et cela sera le dernier cas. Si rien n’est fait monsieur le secrétaire général dans les limites qui sont prévues par la loi le syndicat va réagir ».

 En réponse :  » J’ai droit  à  un  minimum de respect.  Nous prenons bonne note de votre déclaration sauf que c’est l’information qui est  portée avec connaissance, vous connaissez la procédure qu’il faut. Quand un travailleur se sent victime d’une certaine attitude surtout sans ses droits, il y a la formule,   il adresse une correspondance et nous l’étudions.  Maintenant si l’intéressé n’est pas satisfait de la réponse ou à son syndicat, il peut nous rappeler et ont créé un cadre d’échange. Je crois qu’à la phase actuelle de notre pays, chacun de nous doit privilégier la paix quel que soit le problème on doit se réserver des propos menaçants, des propos qui peuvent provoquer certains mouvements », a répondu Alia Camara, inspecteur du travail.

Balla Yombouno

Articles Similaires

FNJ : les jeunes et les sages des coordinations régionales rencontrent Dansa Kourouma

LEDJELY.COM

CONAKRY : la Fondation FITIMA clôture son projet de formation des mères des enfants en situation de handicap

LEDJELY.COM

COLLECTIVITES LOCALES : le colonel Doumbouya confère avec les maires du pays

LEDJELY.COM

2 OCTOBRE : une forte délégation du Mali déjà à Conakry

LEDJELY.COM

DISSOLUTION DE CONSEILS COMMUNAUX : le nouveau président de l’ANCG désapprouve

LEDJELY.COM

TARAMBALY : le maire plaide pour une commune qui manque de tout

LEDJELY.COM
Chargement....