Ledjely.com
Accueil » GUINEE : les journalistes en colère après l’irruption des agents des forces spéciales dans les locaux de Djoma
Actualités Guinée Médias

GUINEE : les journalistes en colère après l’irruption des agents des forces spéciales dans les locaux de Djoma

Après une descente d’hommes en tenue dans les locaux du groupe Djoma Médias sis à Nongo, des associations de presse ont haussé le ton. Selon elles, c’est un comportement qui ne rassure pas les hommes de médias durant cette transition militaire.

La dite descente qui a eu lieu dans la nuit de ce samedi aura fait deux blessés, après des échanges de tirs entre services de sécurité et agents des forces spéciales qui sont incriminés dans cette affaire. Pour l’union des Radiodiffusions et Télévisions Libres de Guinée (Urtelgui), après constat et recueillement des témoignages, cet acte est à condamner énergiquement. «  L’Urtelgui exige des explications rapides sur les circonstances de cette agression armée, suivies de sanctions appropriées contre ses auteurs et commanditaires conformément au communiqué du CNRD afférent à de tels agissements de la part des forces de défense et de sécurité guinéennes. Enfin, l’Utergui, indépendamment desdites sanctions, se réserve le droit de poursuivre en justice les auteurs de cette agression », a déclaré l’union dans une déclaration rendue publique ce dimanche.

Indigné, le syndicat des professionnels de la presse de Guinée a pour sa part tenu à faire un rappel aux nouvelles autorités, tout en exprimant son soutien aux travailleurs et à la direction du groupe Djoma médias. «  Face à l’allure liberticide que commence à prendre  la transition militaire en cours dans notre pays, le SPPG rappelle aux nouvelles autorités qu’il ne tolèrera aucune atteinte à la liberté de la presse et leur demande de prendre toutes les dispositions pour mettre fin à ce genres d’actes qui replongent les mémoires dans les années sombres des régimes dictatoriaux », a fait savoir le syndicat.

Plus loin, il prévient qu’une série de protestations notamment des sit-in, manifestations rue et boycott des activités du CNRD ne sont pas à exclure si «  les actes d’atteinte à la liberté de la presse se répètent ».

Il faut rappeler qu’avant cette descente, le SPPG avait fait une déclaration hier sur les difficultés d’accès à l’information publique rencontrées par des journalistes lors des concertations nationales et la prise de fonction du nouveau premier ministre.

Elisabeth Zézé Guilavogui

Articles Similaires

GUINEE : les Etats-Unis soutiennent les sanctions de la CEDEAO

LEDJELY.COM

TPI DIXINN : Étienne Soropogui placé sous « contrôle judiciaire »

LEDJELY.COM

TEMOIGNAGE : « Quand le président Kory me confiait que pour lui, la politique, c’est fini »

LEDJELY.COM

LA HAYE/CONAKRY : des procès pour l’exemple

LEDJELY.COM

Le CNT adopte des recommandations pour la qualification de l’éducation

LEDJELY.COM

CRIEF : Kassory Fofana et Cie seront fixés ce mardi

LEDJELY.COM
Chargement....