Ledjely.com
Accueil » LFR 2021: le CNRD s’indigne d’une hause injustifiée
A la une Actualités Economie

LFR 2021: le CNRD s’indigne d’une hause injustifiée

En faveur d’une conférence de presse animée ce samedi 23 octobre 2021, au palais Mohamed V, situé au centre-ville de Kaloum, le gouverneur de la Banque centrale de la République Guinée (BCRG) Dr Louceny Nabé, mandaté par le CNRD s’est indigné des anomalies constatées dans les finances publiques sous le régime de l’ex président Alpha Condé évincé du pouvoir le 5 septembre 2021.

Dans son propos, le gouverneur de la Banque centrale, Dr Lonsény Nabé s’exprimant au nom du CNRD dit avoir reçu le 28 septembre dernier, du secrétaire général de l’assemblée nationale, Mohamed Bérété, la loi de Finances rectificatives 2021.

Après analyse, à en croire Dr Louceny Nabé, il en ressort une hausse globale des dépenses qui suscite des interrogations.

Au regard des constats effectués par les nouvelles autorités militaires, on peut citer :

  • L’inexistence de mécanisme de contrôle fiable sur les dépenses réalisables,
  • L’absence de supports expliquant certaines poches de dépenses dans les institutions et départements ministériels concernés,
  • Le manque de rigueur dans la répartition des dépenses publiques,
  • L’insuffisance d’outils de planification des recettes mobilisables,
  • L’insuffisance de mécanisme de contrôle de la mobilisation et de la sécurisation des recettes,
  • La mauvaise répartition des dépenses budgétaires sans prise en compte de l’orthodoxie financière.

A cela, s’ajoute dit-il, « des prévisions de dépense pour des structures quasi inexistantes ou encore non actives, à savoir : la CENI, le Haut conseil des collectivités, la Haute Cour de justice » rapporte le gouverneur de la BCRG.

Selon  Dr Lonsény Nabé,  le CNRD engagé à refonder l’Etat en moralisant la vie publique, a promulgué la Loi des finances rectificatives adoptées par l’ancienne Assemblée nationale en vue de maintenir la légalité budgétaire et a exigé par la suite :

  • Le respect scrupuleux des dispositions de la Loi organique de la Loi des finances notamment en ses articles 25 et 28,
  • Les dépenses de personnel pour toutes les institutions républicaines et des départements ministériels sont renvoyées au crédit correspondant figurant dans la loi des finances initiales exercées sous 2021,
  • La soumission des demandes de décaissement à une analyse et à un processus de validation,
  • La production des rapports de l’ensemble des opérations de façon mensuelle,
  • L’exécution de la Loi des finances rectificatives.

Au regard du tableau dépeint par Dr Nabé, le CNRD toujours par la voix du gouverneur de la BCRG a déclaré « cette loi de finance soulève assez d’interrogations car, les lignes budgétaires allouées aux dépenses de la présidence de la République,  à l’Assemblée nationale, à certaines institutions républicaines et certains ministères ont connu des augmentations faramineuses » dénonce le gouverneur de la BCRG.

In fine, le directeur national du Budget, Kamano Abraham Richard, a précisé qu’à la date du 15 octobre dernier, l’exécution des dépenses est à hauteur d’un peu plus de 70% des crédits adoptés et promulgués.

Balla Yombouno

Articles Similaires

AFRIQUE DE L’OUEST : non, nos armées ne sont pas moins responsables !

LEDJELY.COM

GUINEE : Qu’avons-nous fait de notre indépendance ?

LEDJELY.COM

2 OCTOBRE : un fiasco organisationnel au palais du peuple

LEDJELY.COM

Le Fonds El Hadj Alpha Mamadou Diallo Lélouma souhaite répondre à la « demande d’histoire » de la jeunesse

LEDJELY.COM

SAMEDI D’ASSAINISSEMENT : l’Association professionnelle des banques contribue à l’opération de salubrité publique

LEDJELY.COM

BURKINA FASO : le capitaine Ibrahima Traoré a-t-il trop tôt crié victoire ?

LEDJELY.COM
Chargement....