Ledjely.com
Accueil » PRESTATION DE SERMENT : pourquoi le colonel Mamadi Doumbouya a-t-il imposé des livres sacrés aux Gouverneurs ?
A la uneGuinéePolitique

PRESTATION DE SERMENT : pourquoi le colonel Mamadi Doumbouya a-t-il imposé des livres sacrés aux Gouverneurs ?

Le vendredi dernier, le président de la Transition a reçu dans les locaux du palais Mohamed V les Gouverneurs de régions. A l’occasion, il a réitéré à leur intention la détermination qui est celle du CNRD quant à la création des conditions permettant à la Guinée de partir enfin du bon pied. Au nom de la junte qu’il dirige, il s’est de nouveau engagé à apaiser les Guinéens et à cicatriser les plaies. Aux administrateurs territoriaux qu’il avait en face, il a enjoint de travailler dans l’intérêt supérieur de tous les Guinéens et de faire en sorte que leurs administrations respectives soient au service exclusif des citoyens. Et pour s’assurer qu’il en sera ainsi, il a fait jurer chacun de ses interlocuteurs sur le livre saint. Aux musulmans, sur le Coran. Aux chrétiens, sur la Bible. Depuis, l’acte suscite toutes sortes de commentaires. Quant à la rédaction de ledjely.com, elle a demandé ce qu’en disent un politologue et un juriste.

Ramadan Diallo, politologue et enseignant-chercheur à l’université de Sonfonia tient tout d’abord à souligner que la prestation de serment sur les livres saints est une pratique courante dans plusieurs pays. Mais dans le cas de la Guinée, « c’est une initiative du président de la République, c’est sa façon à lui de créer une obligation morale auprès de ces gouverneurs de respecter leur engagement de servir la Guinée et de ne pas se servir de la Guinée comme aime le dire le CNRD », estime-t-il.  Mais le fait de prêter serment sur des livres sacrés est-il une garantie quant au respect des engagements par ceux qui prêtent serment ? « Je pense que cela va dépendre de leur degré de croyance vis à vis de leurs religions respectives », répond Ramadan Diallo

Au-delà de la pertinence du geste, au sein de l’opinion publique, on se demande aussi pourquoi le colonel Mamadi Doumbouya a-t-il soumis aux gouverneurs une forme de prestation à laquelle il ne s’est pas lui-même prêté ? Le politologue répond là aussi que « pour ce qui est de la prestation de serment du président de la République, l’engagement tourne au tour de la charte. Maintenant, ceux qui ont rédigé la charte de la transition n’ont pas prévu que la prestation de serment du président du CNRD Mamady Doumbouya se fasse sur la base d’un texte sacré. Même la phrase qu’il devait prononcer était déjà écrite. Tout était dans la charte de transition ». Les choses étaient donc prévues et précisées d’avance.  Alors qu’en ce qui concerne les gouverneurs, « il n’y a aucun texte qui le prévoit ». Le président de la Transition a donc exploité le vide juridique.

En tout cas, selon le juriste Karamo Mady Camara, cette prestation des gouverneurs n’est pas légale. « La loi n’en parle même pas. Ce n’est ni autorisé, ni interdit.  C’est juste une obligation morale parce que ça n’a aucune valeur légale », dit-il sobrement.

Asmaou Diallo

Articles Similaires

Armée : le chef d’Etat-major général des armées annonce la création d’un nouveau bataillon

LEDJELY.COM

Mandiana : un camion dérape et fait un mort et plusieurs blessés

LEDJELY.COM

Baccalauréat 2024 : le taux de réussite en recul

LEDJELY.COM

Maison centrale : le ministre de la Justice libère une quinzaine de détenus « oubliés »

LEDJELY.COM

Kenien-Hafia : le supplice des usagers

LEDJELY.COM

Insolite : le domicile du préfet de Kouroussa envahi par les abeilles

LEDJELY.COM
Chargement....