Ledjely.com
Accueil » Réconcilier Dadis et Sékouba, ce n’est pas la mission du colonel Doumbouya
A la uneActualitésGuinéePolitique

Réconcilier Dadis et Sékouba, ce n’est pas la mission du colonel Doumbouya

C’est une chaude accolade qui fait parler aujourd’hui dans la cité. Cette réconciliation entre le désormais commandant à la retraite Moussa Dadis Camara et le général Sekouba Konaté – lui aussi à la retraite – facilitée par le président de la Transition, reste diversement appréciée. Ou pour dire exactement les choses, le rôle de facilitation du colonel Doumbouya est salué par une frange non négligeable des citoyens. Du moins si on s’en tient aux commentaires laissés çà et là sur les réseaux sociaux. Pourtant, il importe de se demander si ce rôle d’entremetteur est celui que l’on attend du président de la Transition. D’autant que la question de la pertinence même de cette réconciliation se trouve, elle aussi, sujette à débat.

Des Guinéens qui s’engagent à enterrer la hache de guerre, c’est toujours une bonne chose. Œuvrer à renouer les fils du dialogue entre deux compatriotes, c’est, admettons-le, une noble mission. Mais est-ce au président de la Transition d’endosser ce rôle ? Ça ne devrait pas être le cas. D’autant qu’à priori, le différend qui opposait les deux anciens présidents de la Transition n’avait aucune incidence sur la vie publique. Il ne concernait que les deux. Certes, chacun en ce qui le concerne s’est retrouvé au plus haut sommet de l’Etat. Mais il serait exagéré de proclamer que leur mésentente menaçait le vivre-ensemble. Or, ce n’est pas la vocation d’un président de la Transition de vouloir régler des différends se situant au niveau personnel. Bien sûr, on peut supposer que Moussa Dadis Camara et Sekouba Konaté ont chacun leurs partisans au sein de l’armée et que leur réconciliation peut aider à prévenir d’éventuelles divergences au sein de la grande muette. De ce point de vue, on peut comprendre que le colonel Mamadi Doumbouy ait voulu éviter des dissensions autour de lui. Mais même dans cette éventualité, on ne comprendrait pas qu’il se mette lui-même au-devant de la scène. Sans doute, l’approche aurait pu être plus discrète.

En effet, pour qui connait la portée des images, on peut se demander si cette facilitation ne remet pas en question l’espoir que l’on croyait entrevoir par rapport à la tenue du procès sur le massacre du stade du 28 septembre. Bien sûr, Moussa Dadis Camara a déjà dit son souhait de voir ce procès se tenir. Mais au-delà de ces mots, il importe de se demander si les magistrats devant piloter ce dernier – et même au-delà, tous les acteurs devant y aider d’une façon ou d’une autre – ne se laisseront pas influencer par les images de l’entente dont il est ici question. Cette crainte étant particulièrement renforcée par l’ascendant psychologique que l’exécutif a toujours eu sur les autres institutions en Guinée. En sorte qu’il ne suffit pas toujours d’un ordre formel du chef pour influencer un magistrat. Les juges et les cadres de l’administration publique en général étant davantage prédisposés à deviner le désir du président. En tout cas, si un hiatus venait à émerger prochainement dans la gestion du dossier du 28 septembre, certains ne manqueront pas de le relier à cette réconciliation parrainée par le président de la Transition.

Enfin, à cette rencontre, la présence de Mgr Vincent Coulibaly posait un problème supplémentaire. Que le secrétaire général aux Affaires religieuses ait été là, cela se comprend. Après tout, c’est un politique. Mais cette excuse ne prévaut pas pour l’archevêque de Conakry. Ayant même été un des co-présidents de la commission provisoire de réflexion sur la réconciliation nationale, il n’avait pas à conférer sa caution morale à cette réconciliation. D’autant qu’il a pleinement conscience que la réconciliation – la véritable – n’intervient qu’après l’étape de la vérité.

Boubacar Sanso BARRY

Articles Similaires

Ministère de la Culture : le général Doumbouya nomme des collaborateurs de Moussa Moïse Sylla

LEDJELY.COM

Armée : le chef d’Etat-major général des armées annonce la création d’un nouveau bataillon

LEDJELY.COM

Guinée : la gestion des manifestations pacifiques au centre d’une formation à Conakry

LEDJELY.COM

Mandiana : un camion dérape et fait un mort et plusieurs blessés

LEDJELY.COM

Baccalauréat 2024 : le taux de réussite en recul

LEDJELY.COM

Maison centrale : le ministre de la Justice libère une quinzaine de détenus « oubliés »

LEDJELY.COM
Chargement....