Ledjely.com
Accueil » DUREE DE LA TRANSITION : le colonel Doumbouya donne-t-il une indication ?
A la uneActualitésGuinéePolitique

DUREE DE LA TRANSITION : le colonel Doumbouya donne-t-il une indication ?

Même si le discours de nouvel an du président de la Transition a été littéralement éclipsé par la crise qui s’est soldée par la révocation de la ministre de la Justice, on aura néanmoins relevé cette allusion du colonel Mamadi Doumbouya à la durée de la Transition. Même s’il répète encore que ce sera au Conseil national de transition (CNT) de produire le chronogramme, le président du CNRD a toutefois indiqué qu’il faudra « un peu de temps » avant qu’il ne restitue le pouvoir au peuple de Guinée. Certes, ce qu’il en a dit demeure encore à la fois suffisamment vague et confus pour qu’en tire une conclusion elle-même précise. Mais on imagine qu’il décline-là la tendance générale.

Le président de la Transition l’assure. Lui et ses compagnons d’arme ne décréteront pas la démocratie. « Nous la construirons ensemble, brique après brique », promet-il. Mais pour cela, « il faut un peu de temps », glisse-t-il, dans son adresse de nouvel an. Du temps pour « poser un diagnostic juste ». Du temps pour « identifier les vrais problèmes ». Et du temps pour « prescrire les bons remèdes ». Bien sûr, comme le premier ministre il y a quelques jours à l’occasion de la présentation de la feuille de route de son gouvernement, le colonel Mamadi Doumbouya se garde de préciser la durée. Ce sera justement cela le rôle du CNT.

Mais en réalité, n’est-il pas contradictoire de promettre d’une part, que ce sera au parlement transitoire de fixer ‘’souverainement’’ la durée de la Transition, et de l’autre, tracer la tendance générale de cette durée ? N’est-ce pas là une manière d’indiquer aux membres du prochain CNT qu’il y a une durée en deçà de laquelle le chronogramme ne sera acceptable ? N’est-ce pas justement ce que certaines forces politiques dénoncent déjà en mettant en avant une absence de concertation dans les prises de décision ?

En tout cas, il convient pour le président de la Transition d’intégrer le fait que le capital confiance dont il était investi au lendemain de la prise du pouvoir, n’est plus le même aujourd’hui. D’ailleurs, il y a des raisons de penser qu’il en est pleinement conscient. « Je comprends certaines frustrations, des incompréhensions face à certaines de nos décisions », a-t-il en effet confessé. Or, la question touchant à la durée de la Transition est de loin la plus sensible de l’heure. Autant alors la manier avec le plus de précaution possible. Il y va de la sérénité du processus.

Fodé Diaouné

Articles Similaires

AN 1 DU CNT : le président de l’Assemblée législative du Burkina Faso répond à l’invitation de la Guinée

LEDJELY.COM

Justice : hommage à l’ancien ministre Me Bassirou Barry

LEDJELY.COM

Matoto : Mamadouba Tos et Morissanda Kouyaté participent à la journée de l’assainissement

LEDJELY.COM

Kindia : le colonel Doumbouya s’invite à l’assainissement de la ville

LEDJELY.COM

Culture : vers la construction d’une école de danse en Guinée

LEDJELY.COM

Circulation routière : le CNRD déclare la guerre aux encombrants physiques

LEDJELY.COM
Chargement....