Ledjely.com
Accueil » OSH-Guinée porte un plaidoyer pour la protection des droits des personnes handicapées
A la une Actualités Guinée Humanitaire Société

OSH-Guinée porte un plaidoyer pour la protection des droits des personnes handicapées

Ce vendredi, 14 janvier 2022, l’Organisation de secours aux personnes handicapées (OSH) de Guinée a organisé une rencontre pour restituer les résultats de l’étude du Projet de protection des droits des femmes handicapées déguerpies de Conakry et porter un plaidoyer pour le respect des droits des personnes handicapées.

Selon Adama Oury Barry, vice présidente de OSH-Guinée, avant cette rencontre, 25 femmes déguerpies en situation d’handicap ont été formées sur les techniques de plaidoyers et de monitoring ainsi que sur celles du genre entre autres, afin d’être des ambassadrices des personnes handicapées déguerpies en plus d’être leurs propres ambassadrices. « On a organisé cet atelier de plaidoyer en faveur de l’autonomisation des personnes handicapées déguerpies à Conakry (…) Au bord de la route, ces femmes qui sont entrain de se démerder pour trouver de quoi manger, c’est pas parce qu’elles veulent être là-bas. C’est parce qu’elles n’ont rien à faire. Il y a le centre qui a été construit à la cité de solidarité. Il faudrait que l’Etat équipe ce centre pour enlever les personnes handicapées en général et les femmes en particulier au bord de la route, devant les églises et mosquées pour qu’elles aussi apprennent un métier, qu’elles puissent être autonomes et indépendantes, contribuer au développement de leurs pays », a lancé pour sa part Massoud Barry, la présidente de l’organisation.

Réalisé avec l’appui financier d’Urgent African Fund, le projet a mené une étude pour évaluer les pertes matérielles et économiques ainsi que les violations des droits des personnes handicapées, pour conduire une action de plaidoyer. Ainsi, un rapport global de 20 pages a été réalisé. Sur 81 personnes dont 78 femmes avec une moyenne d’âge de 40 ans, interrogées dans le cadre de l’enquête, 83% ont indiqué n’avoir aucun travail et vivre de mendicité contre plus de 9% qui vivent de commerce et 2% d’artisanat ; 56% des femmes rencontrées et interrogées ont déclaré avoir été victimes d’une violence (injures, bastonnade…) ; 99% d’entre elles affirment que leur droit à un abri a été violé.

Après le déguerpissement effectué en avril 2021, 84% se sont retrouvé dans la rue et 13% chez un parent ; 100% des interrogées ont indiqué n’avoir pas porté plainte parce qu’elles ne connaissaient pas la procédure. Créer des conditions favorables à l’éducation inclusive de leurs enfants, capacieter les personnes handicapées de connaissances en entreuprenariat et en techniques de montages de projets, renforcer le pouvoir économique et le leadership des femmes handicapées et améliorer l’accès effectif aux structures sanitaires sont entre autres les recommandations issues du projet.

Fatou Sylla fait partie de ces femmes handicapées déguerpies au niveau de la grande mosquée Fayçal. Capable de faire des layettes, elle n’arrive pourtant pas àvivre de cette activité. Entre pauvreté et déguerpissement à répétition, elle ne sait plus à quel saint se vouer. « Ils nous ont fatigué. Nous, nous étions à la grande mosquée. C’est là bas qu’on dormait, sous le pont mais chaque fois, ils venaient brûler nos biens et nous piller. Quand on parle, ils disent que c’est l’Etat qui les a envoyés (…) Nous demandons à l’Etat et aux personnes de bonne volonté de nous aider à quitter la rue pour exercer les métiers que nous savons faire et pouvoir vivre dignement », a-t-elle demandé.

Partenaire de OSH-Guinée, Plan International Guinée — tout en saluant cette initiative — a fait savoir qu’il s’investira sur la question. Car cette étude permettra à ce que les décisions prises au sein des projets puissent servir à aider les personnes handicapées.

Pour rappel, c’est en avril 2021 que plusieurs personnes, notamment des handicapées avaient été déguerpies du pont 8 novembre et des abords de la mosquée Fayçal, à Conakry. Cette opération qui avait touché plus de 230 personnes handicapées, en majorité des femmes et enfants, avait conduit à l’organisation d’une manifestation des déguerpies, qui fût réprimée par les forces de l’ordre.

Elisabeth Zézé Guilavogui

Articles Similaires

Après leur manifestation, plusieurs étudiants de l’université Gamal arrêtés par la police

LEDJELY.COM

Des acteurs de la société civile émettent des doutes sur le retour d’Alpha Condé

Ledjely.com

« Les cadres malinkés sont malhonnêtes », Dr. Ousmane Kaba n’a toujours pas oublié

LEDJELY.COM

UNIVERSITÉ GAMAL ABDEL NASSER DE CONAKRY : une manifestation pacifique des étudiants tourne au vinaigre

LEDJELY.COM

ZIMBABWE vs GUINEE : qu’est-ce qui n’a pas marché ?

LEDJELY.COM

CREATION DE LA CRIEF : le RPG « n’y voit aucun obstacle »

LEDJELY.COM
Chargement....