Ledjely.com
Accueil » Accusé de mauvaise gestion à l’OGP, Ibrahima Capi Camara donne sa version des faits
A la uneActualitésGuinée

Accusé de mauvaise gestion à l’OGP, Ibrahima Capi Camara donne sa version des faits

Depuis un certain temps, il était sous les feux de critiques et accusé d’avoir très mal géré les affaires de l’Office guinéen de publicité quand il en était directeur général. Ibrahima Capi Camara était l’invité de l’émission Mirador de FIM FM ce jeudi 27 janvier pour donner sa part de vérité dont il est déjà cité par le procureur général près la Cour d’appel de Conakry.

Tout d’abord, on l’accuse de détourner un camion de sonorisation qu’il garderait dans son village natal Fanyé dans la préfecture de Forécariah. Interpellé sur la question, il rétorque : « Le camion dont on parle, il est dans le PV. Avant de dire quoi que ce soit, ils n’ont qu’à lire d’abord le PV et les dossiers qu’ils ont. Nous avons acheté le camion, je crois, autour de 120 millions, la facture existe à l’OGP. À côté, on a acheté une chaîne musicale toute neuve à 400 millions de GNF. Et cette chaîne était exposée au Palais du peuple, quand un agent de l’OGP m’a appelé pour venir voir la chaîne au palais, j’ai vu c’était formidable. J’ai discuté le prix avec Bénédi record de façon officielle et nous a fait une facture, nous avons payé et cette facture se trouve actuellement à l’OGP. En plus de cette sonorisation, il y a un petit groupe électrogène qui a coûté je crois à 30 millions. (…) Ce n’est pas le camion qui est important, mais plutôt son contenu. C’est pour cela je l’ai gardé au village, parce que pendant la campagne, la coordination de Forécariah m’avait demandé de lui passer le camion ; ça je l’ai fait et je l’assume »

Sur la question de savoir, pourquoi il continue à garder le camion chez lui, il a indiqué que bien « avant le 5 septembre et avant qu’on ne m’enlève, j’avais demandé que le camion rentre à Conakry, parce qu’ici, il me coûte, quand je viens les weekends je mets du carburant et je l’entretiens. Il n’est pas parti parce qu’on ne peut pas le laisser dans la cour de la cité chemin de fer. Encore une fois j’insiste, ce n’est pas le camion qui est important mais son contenu, parce que ce n’est pas hermétiquement fermé. Quand on l’envoie à Conakry, on sera obligé de le mettre dans un parc qu’on va continuer à payer. J’ai bien informé le président du Conseil d’administration à son sujet ».

Au bout du fil, Ibrahima Capi Camara a soutenu qu’il préfère qu’on l’accuse de garder le camion dans son village que de l’envoyer dans un endroit où il risque d’être dépouillé. « Depuis la fin des événements, le moteur n’a pas tourné une seule seconde. Il est intacte », a-t-il assuré.

Quant à la situation liée à l’achat d’un terrain de 6 hectares pour les travailleurs de l’OGP à Fanyé dans la préfecture de Forécariah, de la location de six appartements de luxe payé mensuellement sur le budget de l’OPG, M. Camara a tenu à préciser : « Les six hectares, c’est sur mon initiative. J’ai pensé, à tort peut-être aujourd’hui, que les travailleurs de l’OGP gagnent ce qu’ils gagnent et que tout travailleur avait droit à avoir une maison. Je me suis battu avec les responsables du village, pour avoir ce terrain par l’imam du village à 600 millions les 6 hectares. C’est le Conseil d’administration qui a validé, la question a été discutée en assemblée. Nous n’avons pas commencé à bâtir d’abord. J’ajoute qu’à l’époque le ministre Amara Somparé est venu avec tout son cabinet. Nous avons viabilisé, nous n’avons pas commencé à bâtir ».

Sur le cas des appartements loués à Kaloum et Camayenne, il s’est défendu de tout acte illégal. « En tant que directeur de l’OGP, j’ai droit à un logement. Tous les directeurs qui sont passés avaient des appartements (…) À part l’appartement que j’occupe et celui occupé par le directeur du recouvrement, il n’y a aucun autre logement au compte de l’OGP. Qu’on me montre un contrat qui prouve le contraire. C’est facile de dire qu’il y a 6 ou plus d’appartements de luxe (…) J’ai entendu quelqu’un d’entre vous dire qu’un logement coûte 2500 dollars. Là où je suis, c’est 1 600 dollars et l’autre, c’est 1 000 dollars. Tous les directeurs qui m’ont précédé faisaient autant. Je me suis inscrit dans cette lancée. L’autre chose, quand je suis arrivé, j’ai trouvé que le salaire du DG était à 30 millions et ça n’a pas changé jusqu’à mon départ. C’est plutôt la prime de performance qui a bougé parce qu’avant que je ne quitte, le chiffre d’affaires avait atteint près de 40 milliards. C’est à cause de cela que le CA m’a accordé une prime de performance », a-t-il déclaré.

S’agissant donc de la confection du magazine OGP Mag, il est reproché à Capi Camara de déclarer devant le Conseil d’administration 700 millions de francs guinéens par mois alors qu’il ne donnait que 60 millions au coordinateur du magazine. Des accusations qu’il a balayées d’un revers de la main. « Je suis surpris d’entendre parler de ça. L’OPG MAG est produit à Dakar cat je voulais des produits de bonne qualité, les factures existent. De la confection au produit fini sans inclure les frais de transport et de dédouanement, chaque numéro coûtait entre 3 et 4 millions FCFA », s’est-il défendu.

Balla Yombouno

Articles Similaires

Corruption : les efforts du CNRD n’impactent pas le classement de la Guinée

LEDJELY.COM

TPI de Mafanco : Mory Nabé écope de 10 ans pour avoir mortellement battu sa femme, suite à une crise de jalousie

LEDJELY.COM

Emergence Mag Awards : liste des entreprises présélectionnées dans les catégories « Meilleure Banque commerciale de l’année » et « Femme Entrepreneure de l’année »

LEDJELY.COM

Sergueï Lavrov en visite à Bamako pour consolider le lien « crucial » avec le Mali

LEDJELY.COM

AN 1 DU CNT : le président de l’Assemblée législative du Burkina Faso répond à l’invitation de la Guinée

LEDJELY.COM

Justice : hommage à l’ancien ministre Me Bassirou Barry

LEDJELY.COM
Chargement....