Ledjely.com
Accueil » Enseignement supérieur : l’ANAQ lance les activités d’auto-évaluations des programmes pour la session 2022
A la une Actualités Enseignement supérieur Guinée

Enseignement supérieur : l’ANAQ lance les activités d’auto-évaluations des programmes pour la session 2022

L’Autorité nationale d’assurance qualité (ANAQ) a procédé ce samedi 12 février 2022 au lancement des activités d’auto-évaluations des habilitations et d’accréditation des programmes des établissements et institutions d’enseignement supérieur pour la session 2022. Cette cérémonie de lancement s’est tenue au siège de l’agence à Taouyah, dans la commune de Ratoma, en présence de plusieurs responsables d’établissements universitaires du pays.

Pour Professeur Kabinet Oularé, secrétaire exécutif de l’agence, cette année, dans le but de mieux procéder l’auto-évaluation des programmes, l’ANAQ passera dans les établissements candidats en vue de renforcer les capacités des membres des comités de pilotage pour mieux les outiller. Ainsi, il a invité tous les établissements candidats, quelles que soient leurs positions géographiques, à se soumettre au processus. « Tous les établissements sont traités de la même façon », a-t-il déclaré, avant d’ajouter que pour le moment, 16 établissements seulement ont candidaté depuis l’appel d’offres lancé au mois d’octobre dernier. « Mais c’est une liste qui est ouverte. Il y a plusieurs possibilités pour les établissements à continuer de candidater. Compte tenu de la lettre de Madame la ministre qui a demandé aux universités publiques de participer aux évaluations, il me semble qu’on pourra atteindre le score de l’année dernière et même le dépasser probablement », a-t-il nuancé.

Regrettant lui, du fait que son université n’ait obtenu que deux accréditations sur sept programmes qu’elle avait présentés l’année dernière, Cheikh Thiam, recteur de l’Université La Source, a appelé l’ANAQ à accréditer tous les programmes des universités et à habilitater toutes les institutions cette année. Car, selon lui, c’est une obligation pour le développement de l’enseignement supérieur, de la formation mais aussi de la recherche. Il s’est par ailleurs réjoui des nouvelles décisions qui ont été annoncées concernant l’utilisation des plateformes mais aussi les modalités de paiement, puisque « l’année dernière, on avait payé pour chaque programme 15 millions pour l’accréditation. Ce qui avait fait 105 millions qu’on avait payé cash ».

Mamadou Madaliou Sow, enseignant chercheur à l’IST de Mamou, qui a également pris part à cette rencontre pour la candidature en habilitations institutionnelles de l’institut qu’il a représenté s’est dit très satisfait des nouveautés annoncées dans ces processus d’évaluation et d’auto-évaluations au compte de l’année 2022. « Nous avons appris que l’ANAQ est décidée à déployer au niveau des institutions des équipes pour appuyer le renforcement des capacités au niveau des acteurs de ces processus d’évaluation et d’auto-évaluations. Donc, c’est une fierté pour nous », a-t-il confié.

Aliou Nasterlin

Articles Similaires

28 SEPTEMBRE : un procès à plusieurs défis

LEDJELY.COM

GUINEE : les Etats-Unis soutiennent les sanctions de la CEDEAO

LEDJELY.COM

TPI DIXINN : Étienne Soropogui placé sous « contrôle judiciaire »

LEDJELY.COM

URGENT : Capitaine Dadis Camara, Moussa Tiegboro et Pivi placés sous mandat de dépôt

LEDJELY.COM

TEMOIGNAGE : « Quand le président Kory me confiait que pour lui, la politique, c’est fini »

LEDJELY.COM

LA HAYE/CONAKRY : des procès pour l’exemple

LEDJELY.COM
Chargement....