Ledjely.com
Accueil » N’ZÉRÉKORÉ : un élu local mis aux arrêts dans une affaire de viol
A la une Actualités Faits-divers Guinée Forestière Justice

N’ZÉRÉKORÉ : un élu local mis aux arrêts dans une affaire de viol

Un élu local de la sous-préfecture de Soulouta, dans la préfecture de N’Zérékoré, pharmacien de profession, est accusé d’avoir violé une femme enceinte. La scène se serait produite le 10 février dernier à Gouecké, mais le parquet de N’Zérékoré n’a été saisi du dossier que le 16 février. Le présumé violeur a été placé en détention provisoire depuis ce hier lundi, 21 février, à la maison centrale sur instruction du juge en charge du dossier. 

Contacté par le correspondant du Djely dans la région, le procureur de la République près le Tribunal de première instance (TPI) de N’Zérékoré est revenu sur les circonstances de ce présumé cas de viol. « Le mercredi 16 février 2022, un informateur qui a préféré garder l’anonymat a dénoncé auprès de nous un cas de viol survenu à Gouecké, commis par un pharmacien (…) Aux dires de la victime, revenue de la Côte d’Ivoire, elle était frappée par un changement de climat. C’est ainsi qu’elle s’est rendue chez le suspect, un pharmacien qui lui faisait des prescriptions médicales, notamment la prise de deux injections par jour », a expliqué Sidiki Camara, ajoutant que « le 10 février 2022, date de la prise de la dernière dose, le pharmacien l’a faite entrée dans une chambrette, où il a eu des relations sexuelles protégées avec elle, sous prétexte que son mari étant absent, celles-ci étaient nécessaires pour faciliter l’accouchement. La victime, une femme enceinte, est âgée de 20 ans ».

D’après le procureur, le suspect en question est le premier vice-maire de Soulouta.

« Sur la base des dispositions des articles 142 et 235 du Code de procédure pénale, notre parquet a ouvert une information judiciaire. Le suspect donc a été inculpé par le juge d’instruction et placé en détention provisoire au niveau de la Maison d’arrêt de N’Zérékoré, le 21 février 2022, pour faits de viol et infraction prévus et punis par l’article 268 du Code pénal. S’il est reconnu coupable, la peine peut aller de 5 à 20 ans selon la gravité de l’infraction », a expliqué Sidiki Camara.

En décembre 2021, dans cette même localité de Gouecké, une dizaine de jeunes filles avait été violée par un homme se faisant passer pour un marabout et deux de ses complices.

Niouma Lazare Kamano, correspondant régional du Djely en Guinée forestière

Articles Similaires

BURKINA FASO : le capitaine Ibrahima Traoré a-t-il trop tôt crié victoire ?

LEDJELY.COM

FNJ : les jeunes et les sages des coordinations régionales rencontrent Dansa Kourouma

LEDJELY.COM

CONAKRY : la Fondation FITIMA clôture son projet de formation des mères des enfants en situation de handicap

LEDJELY.COM

COLLECTIVITES LOCALES : le colonel Doumbouya confère avec les maires du pays

LEDJELY.COM

2 OCTOBRE : une forte délégation du Mali déjà à Conakry

LEDJELY.COM

DISSOLUTION DE CONSEILS COMMUNAUX : le nouveau président de l’ANCG désapprouve

LEDJELY.COM
Chargement....