Ledjely.com
Accueil » Charles Wright : « il n’est pas question pour le parquet de laisser un journaliste tenir des propos de nature à semer des troubles »
A la une Actualités Justice Médias

Charles Wright : « il n’est pas question pour le parquet de laisser un journaliste tenir des propos de nature à semer des troubles »

Le Procureur Général  près la Cour d’Appel de Conakry s’est entretenu ce mercredi 23 février 2022 avec les associations de Presse. A travers cette rencontre, Charles Wright a tenté d’apporter des explications sur sa sortie d’hier au cours de laquelle il a évoqué des possibilités de poursuites contre des journalistes qui commettraient des délits par voie de presse.

Désormais, il demande aux hommes de médias de venir vers le parquet lorsqu’ils ont des informations au lieu de commenter un communiqué en renversant tout sur le passage. Ainsi, il dira : « …je maintiens de manière formelle le communiqué du parquet visant à l’ouverture d’information judiciaire.  Je le maintiens et on ne bougera pas. Aujourd’hui,  cette rencontre a permis aux responsables de médias de relever avec  le parquet d’instance quelques dérapages au niveau de certains médias, et la nécessité pour chaque directeur de presse qu’elle soit écrite ou en ligne, la responsabilité qui découle de la loi portant liberté de la presse en République de Guinée.  Le parquet général reste formel là dessus en disant ceci:  » aucun journaliste ne doit s’inquiéter en raison de la liberté qu’il exprime dans l’exercice de ses fonctions. Mais une fois de plus,  aucun journaliste ne doit être toléré lorsque ce journaliste violerait l’article 1 de la loi portant la liberté de la presse.  Vous savez que nous sommes dans une période de transition,  ça veut dire qu’une période de transition voudrait être une période apaisée, une période de quiétude sociale ».

Et d’ajouter : « Je ne négocie l’impunité avec aucun journaliste dans ce pays. Mais je suis pour un principe,  d’une liberté de presse garantie,  mais je suis contre une liberté qui tend aujourd’hui vers des infractions».

Au sortir de la rencontre, Aboubacar Camara, président de l’URTELGUI s’est montré rassuré: «  nous  avons clairement compris à travers les échanges que nous avons eu avec le procureur général que dans ce communiqué il n’était nullement question d’annoncer que d’ores et déjà tous les journalistes allaient faire l’objet de poursuites judiciaires.  Au contraire,  il nous a été donné de comprendre que le procureur dans son communiqué a voulu dire à la presse connaissant les péripéties de l’exercice de ce métier,  qu’il donnait  quitus à la HAC à juger des dossiers lorsque les gens se sentent diffamer,  offenser dans leur dignité,  la haut autorité de la communication soit le premier ressort à regarder les contours de ces plaintes qui seront portées devant elle et qu’à l’issue de cela le parquet fera son travail.  Et aujourd’hui nous avons dû le remarquer il y a eu l’arrêt systématique  des descentes musclées derrière les journalistes pour les cas de diffamation. »

Au cours des échanges,  les associations de presse ont  rappelé leur  volonté de faire en sorte que la presse puisse jouer pleinement son rôle : « Et à ce niveau, il nous a été donné de comprendre que la presse est invitée à faire son travail comme cela se doit, à mener des enquêtes,  à équilibrer l’information, de faire le travail en toute responsabilité ».

Balla Yombouno

Articles Similaires

FEGUIFOOT : le bail du CONOR prolongé de 10 mois

LEDJELY.COM

Le CNT n‘est pas l’égal des 8e et 9e législatures de l’Assemblée nationale

LEDJELY.COM

KISSIDOUGOU : sale temps pour les vendeurs des pagnes Faré Yaré !

LEDJELY.COM

MADINA-OULA : 26 personnes arrêtées dans un conflit domanial

LEDJELY.COM

Sory Doumbouya dévoile ses ambitions à la tête de la Confédération nationale des professionnels de la pêche de Guinée

LEDJELY.COM

ACCOMPAGNEMENT DU SPORT : Guinée Games continue sa mission citoyenne !

LEDJELY.COM
Chargement....